A ma fenêtre / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. A ma fenêtre

Couverture du livre A ma fenêtre

Auteur : Luc Bondy

Traducteur : Olivier Mannoni

Date de saisie : 11/11/2009

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Bourgois, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-267-02045-8

GENCOD : 9782267020458

Sorti le : 20/08/2009

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

«Le soir, j'allais me coucher tôt et je me levais de bonne heure pour réfléchir à ce qui m'arrivait. Les juges du Jugement dernier se perdront en conjectures sur mon existence, ils n'auront sans doute jamais vu d'hommes à la fois aussi dépourvus de conscience et emplis d'inquiétude. Je remplace mes actes par des effleurements. Je laisse les fruits de l'imagination venir vers moi. Certains naissent dans ma poitrine, dans mon âme, c'est plus qu'une journée de travail : ce sont des soupirs déçus, une éternelle alternance entre le lever et le coucher, des grimaces devant le miroir et l'attente du retour de Séraphine, pour autant qu'elle ne se sera pas fait renverser dans la rue ou qu'elle n'aura pas offert à son ami malade trois heures de la soirée qui nous appartient...»

Luc Bondy va et vient avec maestria entre le présent du narrateur et les différentes strates du passé. Un portrait drôle et désabusé de notre temps, une réflexion sur la disparition de l'art théâtral et les beaux fruits de l'inactivité.

Né à Zurich en 1948, Luc Bondy a passé son enfance en France.
Il a suivi une formation à l'école parisienne de Jacques Lecoq. Il a fait le récit de cette période dans Mes dibbouks. A partir de 1969, il s'installe en Allemagne où il monte plusieurs pièces du répertoire contemporain et classique. De 1974 à 1976, il travaille à Francfort puis réalise plusieurs mises en scène à la Schaubühne de Berlin, qu'il co-dirigera de 1985 à 1987. Gombrowicz, Shakespeare, Marivaux, Molière, Ibsen, Genet, Botho Strauss et Ionesco comptent parmi les auteurs qu'il a mis en scène.
En 1984, il est lauréat des prix de la critique en Allemagne et en France, pour sa mise en scène de Terre étrangère d'Arthur Schnitzler au Théâtre des Amandiers de Nanterre. A l'opéra, il a réalisé de nombreux spectacles : Lulu (1978), Wozzeck (1981), Cosi fan tutte (1984), Le Couronnement de Poppée (1989), Reigen de Philippe Boesmans (1993), dont il signe le livret, Don Giovanni (1990), Salomé (1992), Les Noces de Figaro (1995), Don Carlos (1996).
En 2009, il met en scène Yvonne, princesse de Bourgogne de Gombrowicz à l'Opéra de Paris et Tosca de Puccini au Metropolitan Opera de New York. Luc Bondy dirige le Festival de Vienne (Autriche).





  • La revue de presse Fabienne Pascaud - Télérama du 11 novembre 2009

A quoi tient le charme entêtant de ces confessions discrètes, composées comme un aria à la fois loufoque, triste et tendre ? Sans doute le metteur en scène Luc Bondy met-il beaucoup de lui, de sa nostalgie ­Mittel Europa, de son humour élégant dans ce récit à la première personne qui évoque certains personnages désenchantés d'Arthur Schnitzler ou de Stefan Zweig...
Sa tête est trop pleine de ceux qu'il a aimés pour qu'il n'ait pas envie de les ressusciter plaisamment en y rêvant. Car c'est bien nous, les vivants, chuchote Bondy, qui savons ressusciter les morts.


  • La revue de presse Laurence Liban - L'Express du 1er octobre 2009

A travers un style vif et fluide, des questions aussi graves que l'"être juif", la maladie, le couple, l'amitié, l'art de la mise en scène (appelé à disparaître), sont abordées de l'intérieur. Et même si le vertige de l'homme à sa fenêtre nous prend aux rets de sa séduction, même s'"il y a de l'énergie, mais pas d'espoir", dixit l'incipit, ce livre répand un humour aussi tonique que concret. Bondy signe là une oeuvre profondément poétique, à la fois triviale et poignante. Son reflet glissera longtemps sur la vitre de nos souvenirs.


  • La revue de presse Florence Noiville - Le Monde du 25 septembre 2009

La continuité, la trahison, la perte, la mémoire, la solitude..., ces thèmes sont là, en filigrane, dans ce roman tout en subtilité. Comment Bondy s'arrange-t-il pour nous faire rire au passage ? Pour passer, presque dans le même paragraphe, de la cavité buccale de son narrateur aux frères et soeurs de son grand-père "asphyxiés dans les chambres à gaz" ? Pour conjuguer de bout en bout la farce et la gravité ?...
Alors ? Alors Luc Bondy écrit. Pour ne pas devenir "un vieux metteur en scène". Pour emprisonner des souvenirs comme "dans un filet à papillons". Pour rire de tout et nous faire rire. C'est réussi.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli