Le canapé rouge / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Le canapé rouge

Couverture du livre Le canapé rouge

Auteur : Michèle Lesbre

Date de saisie : 23/08/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Sabine Wespieser éditeur, Paris, France

Prix : 17.00 €

ISBN : 978-2-84805-054-6

GENCOD : 9782848050546

Sorti le : 23/08/2007

en vente sur


  • Le bouche à oreille des écrivains

Denis Grozdanovitch - 29/06/2007



  • La présentation de l'éditeur

LE CANAPÉ ROUGE. Parce qu'elle était sans nouvelles de Gyl, qu'elle avait naguère aimé, la narratrice est partie sur ses traces. Dans le transsibérien qui la conduit à Irkoutsk, Anne s'interroge sur cet homme qui, plutôt que de renoncer aux utopies auxquelles ils avaient cru, tente de construire sur les bords du Baïkal un nouveau monde idéal.
À la faveur des rencontres dans le train et sur les quais, des paysages qui défilent et aussi de ses lectures, elle laisse vagabonder ses pensées, qui la renvoient sans cesse à la vieille dame qu'elle a laissée à Paris. Clémence Barrot doit l'attendre sur son canapé rouge, au fond de l'appartement d'où elle ne sort plus guère. Elle brûle sans doute de connaître la suite des aventures d'Olympe de Gouges, auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, de Marion du Faouët qui, à la tête de sa troupe de brigands, redistribuait aux miséreux le fruit de ses rapines, et surtout de Milena Jesenská qui avait traversé la Moldau à la nage pour ne pas laisser attendre son amant. Autour du destin de ces femmes libres, courageuses et rebelles, dont Anne lisait la vie à l'ancienne modiste, une belle complicité s'est tissée, faite de confidences et de souvenirs partagés. À mesure que se poursuit le voyage, les retrouvailles avec Gyl perdent de leur importance. Arrivée à son village, Anne ne cherchera même pas à le rencontrer...
Dans le miroir que lui tend de son canapé rouge Clémence, l'éternelle amoureuse, elle a trouvé ce qui l'a entraînée si loin : les raisons de continuer, malgré les amours perdues, les révolutions ratées et le temps qui a passé.
Le dixième livre de Michèle Lesbre est un roman lumineux sur le désir, un de ces textes dont les échos résonnent longtemps après que la lecture en est achevée.

MICHÈLE LESBRE vit à Paris. Son précédent roman, La Petite Trotteuse (Sabine Wespieser éditeur, 2005 et Folio, 2007) a consacré son talent d'écrivain.





  • La revue de presse Denis Grozdanovitch - Le Nouvel Observateur du 3 janvier 2008

La protagoniste de ce roman est hantée par la mélancolie de l'inaccompli, mais aussi par la nostalgie des utopies de jeunesse avec laquelle elle paraît vouloir renouer une dernière fois en tentant de retrouver un ancien camarade de combat politique, un compagnon du temps des fols espoirs de justice sociale, de monde nouveau, de camaraderie universelle...
Ce roman «d'apprentissage» évoluant entre onirisme et réalisme magique nous permet de soupçonner que nos plus vieux et lancinants fantasmes n'ont peut-être dans nos vies que le rôle de simples stimulants au taedium-vitae de l'existence.


  • La revue de presse Elisabeth Barillé - Le Figaro du 13 septembre 2007

Dans La Petite Trotteuse, son précédent livre, Michèle Lesbre décrivait le périple d'une femme partie sur les rives de la Loire visiter trente maisons, non pas pour en acheter une, mais pour dévider, d'une atmosphère à l'autre, la bobine des souvenirs, dénouer, fil à fil, l'écheveau confus de l'identité. Le Canapé rouge creuse le thème pour montrer que l'identité, à la manière d'un paysage défilant derrière des vitres, n'est jamais fixe, qu'elle se déploie au gré des émotions, des expériences. Le voyage comme quête intérieure : un sillon creusé par les sages, ensemencé par les écrivains, de Hermann Hesse à Bruce Chatwin ou Nicolas Bouvier. Sillon fertile où Michèle Lesbre engage sa sensibilité exigeante, son style épuré, précis. Va-t-on lui reprocher un recours un rien systématique aux phrases d'auteur ? Ou admettre qu'elles portent le récit et l'éclairent ? Ainsi l'exergue citant Anna Maria Ortese. La romancière italienne n'a cessé d'opposer la dimension tragique du monde au surgissement salvateur du merveilleux, ou, pour reprendre un terme du philosophe Jankélévitch, de «la causalité féerique» : ces «divines rencontres» qui, sans qu'on les ait même souhaitées, surgissent dans nos vies et les transforment.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 29 aout 2007

Avec ce roman chahuteur puis apaisé, Michèle Lesbre continue de jouer avec les souvenirs de la vie ordinaire, évoquant le désir et l'évaporation de la passion. Son livre est une incitation à la découverte d'autres oeuvres, de Dostoïevski à Milena Jesenskà. On sent que tout la nourrit : l'expérience et les rencontres, la rêverie et les lectures. Son écriture est devenue gourmande, perdant de son anxiété, comme si ce périple russe lui donnait une ampleur plus dévergondée, ou simplement lumineuse, comme un ciel violet se reflétant sur le lac Baïkal.


  • La revue de presse Xavier Houssin - Le Monde du 24 aout 2007

Le roman nous entraîne, à la première personne, dans le voyage qu'entreprend Anne en Russie à bord du Transsibérien pour retrouver Gyl, un ancien amour. Au long du périple, d'envahissantes réminiscences se croisent, se nouent et s'unissent au présent. Mémoires littéraires, fragments brûlants d'utopie, confrontations et coïncidences. À Paris est restée une très vieille dame, Clémence, la voisine du dessous avec qui Anne partage une complicité rare faite de phrases chuchotées et d'expériences fragiles. D'ici et de là-bas, les temps doucement se rassemblent. Tapisserie serrée où les fils se confondent. Pas un point n'est visible. C'est éblouissant de simplicité. Secret des labyrinthes. "Je viens d'emmener Marie, ma petite fille de onze ans à Venise, raconte Michèle Lesbre. Je lui ai proposé : "On essaye de se perdre." Le jeu lui a bien plu. On y est arrivées." Si c'était ça écrire, apprendre à s'égarer en sachant le chemin ?



  • Les premières lignes

Sur un chemin de terre, un homme roulait une cigarette, debout, près d'un side-car vert, scarabée géant, compagnon de solitude. L'homme et sa machine, ensemble. De loin je reconnaissais tous les gestes, Gyl aussi roulait ses cigarettes. Il retenait la pincée de tabac au creux de la main, l'effritait du bout des doigts, la répartissait dans la pliure de la feuille, enfermait le tout après un léger coup de langue sur le bord du papier gommé. L'odeur de miel et de foin flottait, même si j'étais derrière la vitre du compartiment et l'homme à une dizaine de mètres. J'entendais presque le bruissement du tabac, j'imaginais les doigts agiles, le geste machinal, la tête ailleurs. Moment suspendu, rituel, intime. Il n'avait pas un regard pour le train qui reprenait de la vitesse et je pensais que c'était ça aussi le voyage, me réveiller quelque part en Sibérie, mais où ? Voir un homme se rouler une cigarette, le perdre de vue très vite, me souvenir de lui toujours.
Aujourd'hui encore, il m'arrive de penser à la brève apparition de cet inconnu surpris dans son intimité, à d'autres aussi qui de façon mystérieuse se sont installés dans ma mémoire, comme des témoins silencieux de mes errances.
C'était un moment de ma vie où la présence obsédante du monde, l'impuissance de tous les discours et celle de théories usées tourmentaient mes jours et mes nuits. Il me semblait n'avoir prise sur rien, le temps voulait m'engloutir, il m'engloutissait, du moins avais-je cette impression d'une lente et inexorable fin de tous nos espoirs. Je n'étais pas seule à percevoir cette insidieuse érosion des certitudes qui avaient emballé notre jeunesse, mais ce qui m'effrayait c'était le sentiment, que partageaient quelques-uns de mes amis, de ne rien pouvoir d'autre que de m'abîmer dans ce constat. J'avais lu dans un roman à propos de la mort des théories, On se demande jusqu'à quel point on les avait prises au sérieux. J'en voulais à l'auteur pour sa cruelle hypothèse. Ce monde rêvé, cette belle utopie : être soi, pleinement soi, mais aussi transformer la société tout entière, pouvaient-ils n'être qu'enfantillages ? Nous consolaient-ils seulement d'être les héritiers orphelins des dérives commises à l'Est et ailleurs, que certains de nos aînés avaient fait semblant d'ignorer ?
Gyl, lui, ne voulait pas renoncer à tout ce qui avait donné du sens à sa vie jusque-là, bâtir un monde idéal. Sur un coup de tête, il était allé vivre au bord du lac Baïkal, peindre, faire du théâtre avec les habitants, monter des pièces de Vampilov qui avait exercé toute sa carrière à Irkoutsk. Ce choix m'inquiétait, mais je comprenais à quel point il était symbolique et désespéré à la fois. Inutile de le retenir, rien ni personne ne l'avait jamais retenu. Les premiers six mois, il écrivait souvent, racontait qu'il avait le temps d'aller pêcher l'omoul dans le lac, de fabriquer des cerfs-volants pour les enfants.
Puis, le silence.
Après des semaines sans nouvelles, j'avais décidé de faire le même voyage, dans le même train. Nos quotidiens s'étaient séparés depuis longtemps, mais nous avions beaucoup partagé. L'idée d'un quelconque danger le concernant me plongeait dans une indicible angoisse. L'homme debout près de sa machine était peut-être un signe, je me rapprochais de Gyl. Ces gestes familiers pouvaient en être la preuve, j'avais besoin de m'en convaincre.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli