Virginité / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Virginité

Couverture du livre Virginité

Auteur : Michel Chaillou

Date de saisie : 04/04/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-213-62661-1

GENCOD : 9782213626611

Sorti le : 04/04/2007

en vente sur


  • Le message sonore
Un message sonore de Michel Chaillou

Michel Chaillou - 23/04/2007



  • La présentation de l'éditeur

Dans une campagne perdue, une jeune fille d'un autre temps parle à ses pensées. Elle refuse sa condition, sa mère s'en étonne, ses voisins la montrent du doigt. Quelle diablerie habite donc cette presque encore enfant ? Serait-ce la forêt trop proche qui l'enténèbre, lui prête ses idées noires ? Les arbres en effet se pressent en foule aux issues du village. Aspireraient-ils avec leurs troncs velus à supplanter les hommes ?
Nous sommes à l'ouest, dans le pays des brumes du coeur, l'océan déferle pas si loin. Il en reste du sel dans la bouche, un soupçon d'amertume dans les paroles impardonnables de cette belle Marie Logeais dont chacun se scandalise.
Un vieux siècle va finir et une jeunesse s'apprête, rose aux joues, à commencer le sien. Notre singulière héroïne, entre mille incertitudes, cherche manifestement la clairière, l'envolée d'un ciel clair. Mais la mousse, hélas, ne recouvre pas que les arbres : celle du lieu commun paralyse aussi toute initiative, engourdit toute chose. Réussira-t-elle à s'en dégager ? S'échapper enfin, exister pour elle seule ? Aimer peut-être ? Elle nous regarde. Ce livre se veut le roman de ses yeux noirs.

Prix des Libraires 1989 pour La Croyance des voleurs, Prix Cazes-Lipp 1998 pour La France fugitive, Prix de la langue française 2002 pour l'ensemble de son oeuvre et Prix de la ville de Rennes 2006 pour La preuve par le chien, Michel Chaillou est l'auteur de nombreux romans.





  • Les premières lignes

Je suis Marie Logeais, une fille de village. Vous ne me connaissez pas. Mais qui vient aujourd'hui dans nos campagnes ? J'habite la maison après les maisons, là où le chemin tourne et se précipite. Vous ne pouvez me manquer, nos volets restent encore verts et il y a un jardinet devant chez nous et un pré derrière qu'on nous envie entre deux granges d'où à heures fixes émigrent vaille que vaille nos deux vaches. Ô que la ville semble loin ! Et pourtant la nôtre s'étage à quelques kilomètres sur une colline, mais pas une vraie ville comme Paris, simplement les maisons s'y pressent davantage qu'à Saint-Martin où les rues jouent moins les importantes. Pourquoi j'ai décidé de vous parler ? C'est qu'on veut me marier. J'ai vingt ans et l'on m'assure que c'est l'âge. Or depuis toujours j'aspire à vivre seule, à garder uniquement pour moi le cadre de mes fenêtres et ma table plus simple à débarrasser. Mais ma mère insiste qui rêve d'un bon parti. Comment lui expliquer que je ne souhaite pas suivre le sort commun, que les hommes m'effraient avec leur «gros souci», leurs paroles en bourgeonnent, l'on sent tellement que leurs éclats de voix ne visent qu'à vous le montrer, l'exhiber.
J'en rougis rien que d'y penser, m'esquive, une colère dans l'âme qui ne trouve pas facilement à s'apaiser. Je regarde, j'écoute. Mais quoi, mon Dieu, quoi ? Je peux rester des heures ainsi à nager dans le ciel. Je me suis déniché un coin de prédilection, un endroit feuillu près d'une mare que négligent les bêtes au bout du village. Je m'allonge sur un banc qui a été oublié, car des ronces l'entourent où je prends bien soin de ne pas déchirer ma robe. Et là, s'il fait beau, je demeure. Qui pourrait me voir à part le Très-Haut ? Le regard ne porte guère loin, l'oeil ne laisse filtrer que ce qui s'approche. Mais il n'y a personne sur le chemin, que l'air qui respire et l'eau du ruisseau tout proche qui jubile pour elle toute seule.


Copyright : Studio 108 2004-2018 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli