La tour sombre. Volume 4, Magie et cristal / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. La tour sombre. Volume 4, Magie et cristal

Couverture du livre La tour sombre. Volume 4, Magie et cristal

Auteur : Stephen King

Illustrateur : Dave Mc Kean

Traducteur : Marie de Prémonville | Yves Sarda

Date de saisie : 08/09/2006

Genre : Science-fiction, Fantastique

Editeur : J'ai lu, Paris, France

Collection : J'ai lu. Fantasy, n° 5313

Prix : 9.50 €

ISBN : 978-2-290-34592-4

GENCOD : 9782290345924

Sorti le : 08/09/2006

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Prisonniers de Blaine, le monorail fou lancé à pleine vitesse, Roland et ses amis filent vers leur destin et, espèrent-ils, la Tour Sombre, leur but ultime. Les épreuves ne font pourtant que commencer pour eux, puisqu'ils devront déjouer les pièges du train infernal pour affronter le Mal aux multiples visages - jusque dans leurs souvenirs et leurs rêves, peuplés de signes et de messages qu'ils sont bien en mal de déchiffrer. Ils savent désormais qu'ils doivent protéger la Rose, réceptacle de tout ce que le monde compte encore de magique et de pur, et combattre l'odieux Roi Cramoisi. Les pistoleros ne sont pas au bout de leurs peines...

Stephen King
Il fait partie de ces écrivains qu'il n'est plus besoin de présenter. Came, Shilling, Christine... autant de romans - et souvent de films - mondialement célèbres. Mais rien ne compte plus à ses yeux que le cycle de La Tour Sombre, son Grand oeuvre, une saga-fleuve monumentale dont il entama l'écriture (dors qu'il était encore étudiant, et qui connaît enfin sa conclusion aujourd'hui.

«La Tour Sombre est la Jupiter du système solaire de mon imaginaire.»
Stephen King





  • Les premières lignes

- POSEZ-MOI UNE DEVINETTE, les convia Blaine.
- Je t'emmerde, dit Roland entre ses dents.
- QU'EST-CE QUE TU DIS ?
La voix de Grand Blaine, dont l'incrédulité était manifeste, était devenue très proche de celle de son jumeau insoupçonné.
- J'ai dit je t'emmerde, répéta calmement Roland. Mais si ça te perturbe, Blaine, je peux être plus clair. Non. La réponse est non.
Blaine resta silencieux un très long moment et, quand il répliqua enfin, ce ne fut pas par le biais des mots. Les murs, le sol et le plafond recommencèrent à perdre de leur consistance et de leur couleur. En l'espace de dix secondes, le Compartiment de la Baronnie cessa encore une fois d'exister. Ils filaient à présent à travers la chaîne de montagnes qu'ils avaient aperçue à l'horizon : des pics gris fer se précipitaient à leur rencontre à une vitesse suicidaire puis s'évaporaient pour dévoiler des vallées stériles où rampaient de gigantesques scarabées, telles des tortues prisonnières des terres. À l'orifice d'une caverne, Roland aperçut une espèce d'énorme serpent se dérouler soudain et s'emparer de l'un de ces scarabées pour mieux l'emporter dans son antre. Roland n'avait encore jamais vu d'animaux pareils ni de contrée semblable et ce spectacle lui donna la chair de poule. Il était possible que Blaine les eût transportés dans un autre monde.
- PEUT-ETRE VAIS-JE NOUS FAIRE DÉRAILLER PAR ICI.
La voix de Blaine avait un ton méditatif, mais le Pistolero perçut en dessous une rage profonde et vibrante.
- Peut-être que tu devrais, dit-il avec indifférence. Eddie était dans tous ses états. Mais qu'est-ce que tu fabriques ? articula-t-il muettement. Roland l'ignora ; Blaine seul l'occupait et il savait parfaitement ce qu'il était en train de faire.
- TU ES GROSSIER ET ARROGANT. CES TRAITS DE CARACTÈRE TE PARAISSENT PEUT-ÊTRE FORT INTÉRESSANTS, MAIS PAS À MOI.
- Oh, mais je peux me montrer encore plus grossier.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli