Hyde Park gate news : (le journal d'enfant de Virginia Woolf, sa soeur et son frère) / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Hyde Park gate news : (le journal d'enfant de Virginia Woolf, sa soeur et son frère)

Couverture du livre Hyde Park gate news : (le journal d'enfant de Virginia Woolf, sa soeur et son frère)

Auteur : Gill Lowe | Virginia Woolf

Préface : Hermione Lee

Traducteur : Anne Rabinovitch

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Mercure de France, Paris, France

Collection : Bibliothèque étrangère

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-7152-2642-5

GENCOD : 9782715226425

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

12 septembre 1892 : samedi matin, M. Hilary Hunt et M. Basil Smith sont venus à Talland House et ont demandé à M. Thoby et à Mlle Virginia de les accompagner au phare car Freeman, le passeur, avait dit que la marée et le vent convenaient parfaitement pour la promenade... En arrivant, Mlle Virginia a vu un oiseau en piteux état qui se tenait sur une patte. Mme Hunt a demandé comment il était arrivé là. On lui a répondu qu'il avait été emporté par le vent...

Enfoui pendant des années à la British Library à Londres, le journal de Vanessa, Thoby et Virginia Stephen a été miraculeusement retrouvé pour ce qui touche aux années 1891, 1892 et 1895. joyeux mélange de comptes-rendus d'événements familiaux, de lettres, de rubriques de conseils, d'embryons de romans, de devinettes ou de poèmes, c'est l'oeuvre de trois enfants exceptionnellement doués et cultivés, âgés de dix à treize ans, qui voulaient étonner et amuser leurs parents.

On sait à quel point Virginia Woolf a été un grand écrivain de l'enfance. C'est avec beaucoup d'émotion que l'on retrouvera ici des échos de ce qui allait un jour éclore dans La promenade au phare, Les années ou Les vagues.

Hermione Lee, qui a préfacé Le journal de Hyde Park Gâte, est l'auteur d'une exceptionnelle biographie de Virginia Woolf. Gill Lowe a retrouvé, mis au point et annoté le manuscrit alors qu'elle faisait des recherches pour sa thèse sur Julia Stephen, la mère de Virginia Woolf, à l'université d'East Anglia.





  • La revue de presse Xavier Houssin - Le Monde du 9 mars 2007

Tracés à l'encre bleue, on y trouve les comptes rendus du quotidien auxquels s'ajoutent des dessins, des charades, des feuilletons, des devinettes ou des vers de quatre sous. Virginia - sa soeur en témoignera plus tard - en est la principale rédactrice. Ce recueil de textes d'enfance éclaire étonnamment notre lecture de ses romans. Non tant parce qu'on peut y découvrir des prémices de style, des tournures, des manières, mais parce que s'y incarnent les décors et les personnages d'un passé antérieur que Virginia Woolf saura reconjuguer en d'autres modes et d'autres temps. Un monde de mémoire qu'on rejoint avec elle, envahie d'origine, essoufflée de présent.


  • La revue de presse Francis Albany. - Le Figaro du 5 octobre 2006

Ainsi donc, j'avais sous les yeux les exercices premiers d'une fillette déjà dévorée du démon de l'écriture. Celle qui, plus tard, révolutionnera le roman anglais de ce siècle, s'élance avec une troublante candeur sur les traces de ces monstres sacrés dont elle dévore les oeuvres dans la vaste bibliothèque de son père...
Les heures trop brèves qu'il m'a été donné de consacrer à la lecture des pages du Journal de Hyde Park Gate m'ont d'ailleurs fait l'effet d'un songe éveillé. Il ne m'a cependant pas échappé qu'elles constituaient aussi la chronique éclairante d'une époque et d'un milieu que deux guerres ont relégués au grenier de l'Histoire, mais que sauve heureusement l'un des chefs-d'oeuvre de Virginia Woolf, Années, nourri de tout ce que le Journal tentait avec candeur d'exprimer.



  • Les premières lignes

Extrait de la préface de Hermione Lee :

Virginia Woolf est un grand écrivain de l'enfance. Elle invente une langue des perceptions des enfants, comme au début des Vagues; elle pénètre dans leur vulnérabilité, leurs peurs et leur univers sensoriel (Jacob perdu sur la plage, Rose qui descend la rue obscure en courant dans Les années, Cam Ramsay absorbé dans la contemplation d'une flaque d'eau sur un rocher). Elle est capable d'écrire avec une sorte d'innocence lumineuse, comme si elle voyait le monde pour la première fois. Elle revient encore et encore aux souvenirs de sa propre enfance, et son chef-d'oeuvre, La promenade au phare, recrée son passé familial comme une fiction moderniste, une satire comique haute en couleur, et une méditation élégiaque sur le temps, la perte et le chagrin.
Le fait que le récit de cette enfance ait survécu, enfoui durant des années dans la section des manuscrits de la British Library, attendant d'être publié, est donc une chance incroyable pour la littérature. Le journal familial écrit en collaboration par les enfants Stephen, qui porte le nom de la haute et sombre demeure où ils ont grandi, couvre les années 1891-1892 (Virginia Stephen avait alors dix ans) et une partie de 1895. Le journal de Hyde Park Gâte est un précieux témoignage sur les activités au jour le jour de cette exceptionnelle famille de la fin de l'époque victorienne. C'est un échantillon délicieux, drôle et vivifiant des oeuvres de jeunesse du XIXe siècle. Il nous apprend beaucoup de choses sur le caractère, les valeurs et le comportement familial des Stephen. Et pour les lecteurs de Virginia Woolf, il a un impact extraordinaire. Telle une fouille archéologique qui révèle la maison, le mobilier et les petits objets ordinaires ayant appartenu à un monarque légendaire, il fait resurgir, aussi vrais qu'au premier jour, les événements quotidiens qui sont devenus des talismans dans sa mémoire, et qui ont été façonnés par sa plume.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli