Les vignes de Berlin / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Les vignes de Berlin

Couverture du livre Les vignes de Berlin

Auteur : Daniel Rondeau

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Essais littéraires

Editeur : Grasset, Paris, France

Collection : Essai littéraire

Prix : 14.50 €

ISBN : 978-2-246-53951-3

GENCOD : 9782246539513

en vente sur


  • Le bouche à oreille des écrivains

Pascal Charvet - 22/06/2007


  • Le bouche à oreille des écrivains

Jean-Marc Parisis - 23/03/2007



  • La présentation de l'éditeur

«Ce coteau de Champagne qu'on appelle Berlin me parle d'ailleurs. J'interroge dans ce récit biographique les silences des hommes de ma famille. Mon grand-père vigneron, ancien combattant de 1914, injustement arrêté comme collaborateur en 1944. Mon père, instituteur idéaliste, à peine débourbé de sa forêt, prisonnier dans un stalag pendant plus de trois ans, résistant, à qui je dois ma vocation pour la lecture et l'écriture. Ils me cèdent presque malgré eux quelques bribes sorties de la nuit des humbles...»

DR.

Recherchant inlassable­ment les traces d'un pays qui n'est plus et d'un homme resté fidèle aux rêves de sa jeunesse, Daniel Rondeau, auteur d'une vingtaine d'ou­vrages, livre ici la source de son maître roman Dans la marche du temps (Grasset, 2004) et le premier volume d'une geste autobiographique dont le déjà mythique L'En­thousiasme constitue le second volet (Cahiers rouges, Grasset, 2006).





  • La revue de presse Marc Lambron - Le Point du 14 décembre 2006

A lire Daniel Rondeau, on se convainc que le XIXe siècle a duré jusqu'en 1960. Cette gauche de la Communale, que des auteurs tels que Mona Ozouf, Michel Winock ou Gérard Genette ont peinte dans leurs souvenirs d'enfance, se distingue à bien des titres de celle de la Techno Parade. C'est étrange d'être dans la chaîne du temps le premier à inscrire quelque chose de la vie des siens, comme une dette de parole acquittée au silence des morts. Un voeu d'écriture naît là...
Rondeau post adolescent rencontre celle qu'il va épouser, sort de Mai 68 pour entrer dans les rangs clandestins de la Gauche prolétarienne, avec ses militants «naïfs, sincères, crédules, disponibles, très pauvres». Etre un baby-boomer, c'était aussi cela : passer de la ferme des ancêtres aux concerts de Jimi Hendrix, quitter les vignes de Berlin pour les fumées de Pékin. Daniel Rondeau ne renie pas ce qu'il a aimé. Il a écrit un très beau livre de fidélité


  • La revue de presse - Le Monde du 17 novembre 2006

Cette émouvante autobiographie, qui porte le nom d'un coteau de Champagne appelé "Berlin", nous parle de ces vignes auxquelles Daniel Rondeau est resté tant attaché ! Racontant son enfance et sa jeunesse, souvent solitaires, parfois malheureuses, l'écrivain cherche les traces de ce qui n'est plus, les traces "qui le font rêver". Enfant, nous dit-il, "coureur de prés et de bois", il avait eu, dès ses premières années, "envie de prendre à poignées le ciel et les paysages" : ce qu'il fait, tout au long de ce beau livre.


  • La revue de presse Etienne de Montety - Le Figaro du 26 octobre 2006

Dans «Les Vignes de Berlin», le romancier champenois confirme que l'on est d'une enfance comme on est d'un pays. Faut-il que la terre de Champagne ait gardé trace des innombrables invasions venues de l'est pour qu'un coteau de la Marne ait été baptisé Berlin. C'est là que l'écrivain et éditeur Daniel Rondeau a vu le jour, il y a un demi-siècle, non loin de Fère-Champenoise...
Daniel Rondeau est toujours dans l'enthousiasme, mais cette fois au sens étymologique du mot.


  • La revue de presse Bernard Kouchner - L'Express du 12 octobre 2006

Les Vignes de Berlin dessinent le portrait d'un siècle et d'une génération. On lit cette histoire comme on suit une chanson, avec pour refrain la terre de Champagne, ses paysages et ses paysans, ses vignes et ses villes. Cela commence dans les pas d'un grand-père rescapé des gaz de 1914-1918, avec son front taiseux de villageois méfiant. De souvenirs en sensations, Daniel Rondeau (éditorialiste à L'Express) nous fait revivre son histoire, qui est aussi la nôtre...
Daniel Rondeau mène cette ronde avec calme, fougue et bonheur. Dans Les Vignes de Berlin naquit une part de cette génération politique qui va bientôt s'effacer, emportant, avec sa noblesse et ses mérites, son engagement et ses limites, quelques certitudes assassines. On a les héros qu'on mérite.


  • La revue de presse Mona Ozouf - Le Nouvel Observateur du 28 septembre 2006

Et pourtant rien qui fasse bondir davantage le coeur que ce constat d'appartenance à un pays, plus vibrant encore les jours où résonne «l'appel silencieux à la fidélité, sur la terre mouillée des tombes». Et de là, les mille questions qui voltigent autour de cette autobiographie. Pourquoi celui sur qui s'exerce la fascination blanche des saisons gelées a-t-il couru se brûler aux feux de la révolution ? Comment le dévot des choses qui durent a-t-il pu embrasser la religion amnésique de la table rase ? Besoin de la brutalité du réel ? Voeu d'une sainteté autre que celle du père ? Soulagement de n'être plus, dans le coude-à-coude des camarades, un «loup à sonnailles» ? Et est-ce le goût des livres qui l'a mené, mais aussi retenu, aux bords de la tentation terroriste ? Réponses dans «l'Enthousiasme», le tome II, qu'on réédite, de cette suite française. Courez-y, si vous ne l'avez déjà fait.



  • Les premières lignes

Extrait de l'avant-propos :

La terre et les hommes m'ont mis très tôt sous hypnose. Né dans une province travaillée un temps par le jansénisme et labourée par les guerres (mais elle a fait don de son vin de fête à la terre entière), j'ai tout de suite eu envie de prendre à poignées le ciel et les paysages. Ce sont eux mes premiers vins de vertige : pleins soleils d'août, tournoiements de nuages automnaux, troupeaux de collines complantées de vignes et d'arbres fruitiers, figés sous les flèches du gel. Ma terre n'est pas une pri­son, seulement le lieu qui s'imprègne en moi comme «métaphore du monde»; et l'endroit d'où j'entre en communication avec des continents lointains. Ce n'est pas un hasard si je m'attache à ce coteau de Champagne qu'on appelle Berlin et qui me parle d'ailleurs. Poésie des toponymes. Les mois passent, les saisons succèdent aux saisons. Je comprends que je trouverai toujours dans leur ronde des raisons de désennui et d'harmonie. Devenu un enfant coureur de prés et de bois, c'est à Congy, dans le village de mes grands-parents maternels, que je découvre les chiffres secrets de nos destinées. Chaque homme n'est qu'un moment dans cet éternel retour à quatre temps et toute vie s'en va du printemps vers son hiver. Pour entrer dans le mystère de ce mouvement qui ne cesse pas, j'interroge les silences et les rares confidences des hommes de ma famille. Mon grand-père vigneron, ancien combattant de 1914, injustement arrêté comme collaborateur en 1944. Mon père, instituteur idéaliste, à peine débourbé de sa forêt, prisonnier dans un stalag du Rhön pendant plus de trois ans. Ils me cèdent presque malgré eux quelques bribes sorties de la nuit des humbles. Les guerres ont laissé trop de cicatrices sur leurs coeurs fermés ou transparents. Le silence et la résignation sont leur pain quotidien.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli