Sur la route des taureaux / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Sur la route des taureaux

Couverture du livre Sur la route des taureaux

Auteur : Jacky Simeon

Date de saisie : 24/07/2017

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Au diable Vauvert, Vauvert, France

Prix : 29.00 €

ISBN : 9791030701050

GENCOD : 9791030701050

Sorti le : 29/06/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Né à Pérols dans l'Hérault, Jacky Simeon est un raseteur de légende qui a voué sa vie à la course camarguaise et cumulé les plus hautes distinctions. Une blessure majeure à l'artère fémorale le contraint à quitter l'arène en 1990. La littérature le ressuscitera : il a publié une autobiographie, Une cocarde d'or et de sang, des nouvelles, un roman, Le Cours du destin et Le Dictionnaire de la course camarguaise (Au diable vauvert).

Amoureux des taureaux de Camargue et de leur territoire, spécialiste incontesté de la course libre, il nous convie ici à un itinéraire touristique unique au monde, sur la route des tombes et statues des cocardiers d'exception qui ont marqué l'histoire de la bouvine.

Accompagné par les images de Meyer et de photographes spécialisés, un magnifique parcours initiatique de villes en villages, des marais aux plages, des costières aux roselières, qui nous fait découvrir une région authentique et secrète.

Photographies Meyer, Alain Colombaud, Didier Segarra, Jean Arguairolles, Patrick Escande, Valérie Navarro...





  • Les premières lignes

Extrait de l'introduction

Les visiteurs de passage en pays de Camargue se demandent toujours pour quelle raison ce peuple étrange érige des monuments à la gloire des taureaux. Ils trouvent cela aussi énigmatique que les statues de pierre dressées sur l'île de Pâques. Le grand Ernest Hemingway, en son temps, avait même considéré ça tellement incroyable qu'il s'était dérouté de son chemin vers l'Espagne pour vérifier que des hommes élevaient là des mausolées à la mémoire des taureaux.
Peu de gens connaissent la réponse à cette question car si en Camargue le culte du taureau est en chacun de nous, il se transmet par tradition orale. La route des taureaux démarre du village de Pérols, aux portes de la Petite Camargue, pour traverser plusieurs villages de l'Hérault, se diriger vers le Gard et partir en Provence.
Dès le printemps, la fièvre des taureaux enflamme une région dont les frontières virtuelles instituées par Frédéric Mistral commencent à l'est, sous le rocher de Fos, pour finir à l'ouest, un peu avant Montpellier. Les taureaux sont partout, dans les prés, dans les rues, dans les arènes, sur les plages. La ferveur taurine s'est propagée à tel point que des statues sont dressées à la gloire des plus grands cocardiers, des taureaux magnifiés pour avoir marqué la mémoire des aficionados.
Pour mieux comprendre cette passion, l'analyse de la situation géographique a son importance. Les taureaux, migrant probablement d'Asie, se sont acclimatés dans des régions marécageuses, principalement dans les deltas où ils trouvaient un peu de tranquillité, loin de la présence de l'homme. On a relevé des traces de taureaux sauvages dans le delta du Pô en Italie, dans celui du Guadalquivir en Espagne et, évidemment, dans le delta du Rhône en Camargue.
Autrefois, avant que l'on ne domestique le Rhône par la construction de barrages et de digues, de grandes crues remodelaient régulièrement les nombreux bras du fleuve dont l'un allait même se perdre dans les eaux de l'étang de l'Or, aux portes de Montpellier. Seuls les animaux sauvages pouvaient survivre sur ces terres inhospitalières toujours en mouvement et balayées par le mistral. Le fleuve dictait ses règles. En vomissant ses alluvions, il se trouvait "en conflit permanent avec la mer qui tentait désespérément de repousser la terre dans des tempêtes effroyables.
Par la suite, grâce aux travaux de canalisation du fleuve, les crues sont devenues moins dévastatrices, les hommes ont pu mettre les terres en culture et se rendre maîtres des taureaux et certainement aussi des chevaux sauvages - qui ne sont pas nés de l'écume des vagues, contrairement à ce que la légende voudrait nous faire croire. Les premières traces écrites des jeux avec les taureaux remontent au début du XVe siècle. Puis, au cours du temps, les interdictions se sont multipliées, mais le peuple de Camargue n'en a jamais tenu compte. Les courses de taureaux étaient liées à la fête et rien ni personne n'aurait jamais pu les faire interdire. C'est la marque d'un peuple camarguais obstiné, qui a longtemps pratiqué la politique du repli sur soi, sans souhaiter partager ni faire découvrir aux étrangers sa culture taurine.

(...)

Pérols

La route des taureaux commence par le village où je suis né. Pérols n'est à l'origine qu'un modeste village de pêcheurs, dont les étangs représentent un tiers du territoire. Une partie de l'étang du Méjean et de l'étang de l'Or forment son patrimoine naturel, où pêcheurs professionnels et flamants roses cohabitent en parfaite harmonie. C'est pour l'instant le seul village de la métropole montpelliéraine à avoir un débouché sur la mer accessible depuis son port, aux Cabanes de Pérols.
La commune est de tradition catholique. Le premier lieu de culte de la paroisse était la chapelle des Pénitents au XVIIe siècle. Plus tard, au XIXe, l'église fut construite. Elle n'a jamais été achevée à cause de la guerre de 1870 et de la crise viticole. La flèche du clocher ne fut pas élevée comme prévu, son édification fut arrêtée et le projet initial remplacé par un toit de tuiles à quatre pentes. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le 16 juin 1945, une statue de la Vierge en ciment armé fut hissée au faîte du clocher, en gage de reconnaissance de la population envers la bienveillante protection de la Vierge lors des bombardements de l'aérodrome, bien qu'une bombe soit hélas tombée sur le village. La fête votive est toujours programmée la semaine du 6 août, en hommage à saint Sixte avec depuis quelques années l'organisation d'une procession en l'honneur de ce saint patron.
(...)


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli