Comprendre la laïcité / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Comprendre la laïcité

Couverture du livre Comprendre la laïcité

Auteur : Christophe Miqueu

Illustrateur : Pascal Gros

Date de saisie : 12/07/2017

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Max Milo, Paris

Collection : Comprendre-essai graphique

Prix : 12.00 €

ISBN : 9782315008155

GENCOD : 9782315008155

Sorti le : 22/06/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Comment comprendre la laïcité cent cinquante ans après l'invention du terme ? Pourquoi ce néologisme a-t-il contribué à insuffler une dynamique démocratique dans la mise en oeuvre concrète de l'idéal républicain en France, notamment par le biais de l'école ? En quoi revenir aux fondements de ce projet politique et social peut-il permettre tout à la fois de comprendre un concept complexe et d'envisager son déploiement aujourd'hui, en réinscrivant la question sociale au coeur de la République ? Par un réexamen de ce principe à l'aune du triptyque républicain, ce livre propose des clés d'interprétation pour décrypter les enjeux pour notre avenir commun que soulève la laïcité et nous ouvre sur un horizon politique aux potentialités qui restent à développer.

Christophe Miqueu, agrégé et docteur en philosophie, membre du laboratoire SPH (EA 4574), il mène en particulier des recherches sur la citoyenneté, la laïcité et l'école républicaine. Il est notamment l'auteur de Spinoza, Locke et l'idée de citoyenneté. Une génération républicaine à l'aube des Lumières (Classiques Garnier, 2012).

Pascal Gros est dessinateur de presse, principalement pour le journal Marianne. Il est l'auteur de Comment rater ses vacances avec Tïgnous (Éditions du Chêne, 2015) et L'enfer, c'est les enfants des autres (Éditions du Chêne, 2016).





  • Les premières lignes

Avant-propos :
Il y a soixante-dix ans, la République faisait entrer la laïcité dans la Constitution

«La laïcité, c'est la disponibilité universelle du patrimoine humain, c'est la loi qui veut que chaque homme soit maître de son bien et que son bien se trouve partout où il y a des hommes. Sur cette loi le peuple fonde son droit lorsqu'il exige que soit rendu à tous ce que détiennent quelques-uns.»
Robert Escarpit, École laïque, école du peuple.

À l'automne 2016, nous avons commémoré les soixante-dix ans de la constitutionnalisation du principe de laïcité. Depuis 1946, après les ineffables horreurs de la Seconde Guerre mondiale, de la barbarie nazie et de l'Occupation, la république, en France, s'est retrouvée et a réuni ses citoyens en se qualifiant à nouveaux frais par l'usage inédit à ce niveau normatif du terme «laïque». Cet épisode, au lendemain de la Libération et de la chute de la dictature de Vichy, n'est pas un moment secondaire. Il est au contraire un moment juridique et politique fondamental, qui passa par le vote majoritaire du peuple français, approuvant par référendum le texte constitutionnel proposé pour fonder le nouveau contrat social républicain.

On commence rarement par évoquer ce moment quand on parle de laïcité. Pourtant, du point de vue du principe de laïcité lui-même, le moment est d'autant plus refondateur que le choix fut de faire passer au sommet de la hiérarchie des normes un élément législatif essentiel d'organisation de la vie commune qui structurait la nation depuis les années 1880 dans l'école de la république, et depuis 1905 à l'échelle de la république elle-même. Ce choix fut fait avec d'autant plus d'engagement collectif que le régime pétainiste avait restauré l'enseignement religieux à l'école, abrogé la loi de 1905 (en juin 1941) et mis en exergue les valeurs de la contre-révolution et de l'Ancien Régime en les articulant à celles du nazisme dominant. Dès 1940, la laïcité comme la république n'existaient plus. Dès 1944, elles étaient ensemble rétablies par le Gouvernement provisoire de la République française. On ne peut oublier cette reconstruction d'après guerre lorsqu'on cherche à comprendre la laïcité au XXIe siècle, tant ce moment est structurant pour la France républicaine qu'il a contribué à reconstruire.

Ce moment historique clé est aussi significatif du consensus qui a existé parmi les forces diverses de la France libre et du Conseil national de la Résistance autour du principe de laïcité. Celui-ci répondait en effet à une question politique s'il en est : celle du mode d'organisation des rapports entre les options spirituelles, notamment religieuses, et l'État. La force de la loi de 1905 est qu'«elle n'est pas faite pour des chrétiens, des musulmans, des juifs, des athées ou des agnostiques, mais pour que chaque homme dispose pleinement, dans sa vie personnelle, de sa faculté de libre choix d'une conviction, religieuse ou non, et que l'exercice de cette faculté ne s'assortisse ni d'un privilège ni d'une (...)


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli