Lettres d'Amérique / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Lettres d'Amérique

Couverture du livre Lettres d'Amérique

Auteur : Nathalie Sarraute

Préface : Olivier Wagner

Date de saisie : 15/08/2017

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 14.50 €

ISBN : 978-2-07-271877-9

GENCOD : 9782072718779

Sorti le : 18/05/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Les lettres d'Amérique de Nathalie Sarraute offrent un aperçu inédit sur la personnalité de l'un des écrivains majeurs du XXe siècle. Elles témoignent d'une personnalité facétieuse, aussi prompte à l'émerveillement qu'au sarcasme. Ces vingt-quatre lettres, comme autant d'entrées d'un journal de voyage, dressent le portrait inattendu d'une jeune fille bondissante de soixante-trois ans, emportée dans une traversée continentale des États-Unis au début de l'année 1964. Écrites dans un style impressionniste, heurté, presque télégraphique, ces lettres à son mari absent montrent, outre la communion de ce couple, l'Amérique en pleine révolution culturelle et l'accueil triomphal reçu là-bas par la nouvelle littérature française.

Femme de lettres française d'origine russe, Nathalie Sarraute (1900-1999), est l'une des figures du Nouveau Roman. Ses oeuvres complètes sont disponibles aux Éditions Gallimard.





  • La revue de presse Florence Bouchy - Le Monde du 1er juin 2017

Qu'on ne s'attende pas à y lire des réflexions inédites sur l'art du roman, ni même sur la vie littéraire. Il ne s'agit pas, non plus, d'une correspondance d'écrivain valant par la qualité de son style. Nathalie Sarraute prévient d'ailleurs son mari : «J'espère que tu ­conserves mon roman-fleuve, lui dit-elle, non pour la postérité - trop mal écrit - mais pour que je m'en souvienne.» Le plaisir de ce texte - souvent rédigé de manière télégraphique - est ailleurs. Dans cette correspondance privée avec celui qu'elle nomme «mon ChienLoup», l'écrivaine de 64 ans s'exprime «avec la naïveté d'une néophyte dans l'art de recevoir les éloges et la fureur d'une revanche dans l'appétit à les obtenir». C'est une Nathalie Sarraute espiègle et pleine d'autodérision que l'on découvre...
Nathalie Sarraute en diva sarcastique. Ne serait-ce que pour cela, ces lettres assez inattendues valent le détour.



  • Les premières lignes

Extrait de l'introduction

Les lettres de Nathalie Sarraute que nous publions aujourd'hui offrent un aperçu inédit de la personnalité de l'un des écrivains majeurs du XXe siècle. Chef de file reconnue du nouveau roman, auteur d'une oeuvre considérable, lauréate du Prix international de Littérature en 1964, elle avait enfin connu le rare honneur d'être publiée de son vivant dans la «Bibliothèque de la Pléiade», parmi tant d'autres signes de considération pour l'auteur de Tropismes. Par pudeur autant que par volonté de ne pas parasiter la réception de son oeuvre par une lecture biographique et psychologisante, Nathalie Sarraute avait toujours fait le choix de s'exposer le moins possible, de faire disparaître la personne derrière son oeuvre. Auteur d'une littérature incroyablement subtile, fruit d'un travail exigeant, Sarraute n'avait pourtant rien d'une prophétesse sibylline, retirée du monde et dissimulée dans les ténèbres et les vapeurs de la myrrhe et de l'encens d'un univers strictement mental ; bien au contraire, cette correspondance témoigne d'une personnalité facétieuse, aussi prompte à l'émerveillement qu'au sarcasme. Ces vingt-quatre lettres, comme autant d'entrées d'un journal de voyage, dressent le portrait inattendu d'une jeune fille bondissante de soixante-trois ans, emportée dans une traversée continentale des États-Unis au début de l'année 1964.
Écrites dans un style heurté, presque télégraphique, ces lettres forment en outre un témoignage remarquable de la profonde communion intellectuelle et sentimentale du couple constitué depuis 1925 par Nathalie et Raymond Sarraute. L'existence même de cette correspondance est d'ailleurs due à un accident, qui se révèle heureux pour nous, puisque les époux Sarraute avaient l'habitude de voyager ensemble pendant les tournées de conférences organisées autour de l'oeuvre littéraire de l'auteur. Les obligations professionnelles de Raymond Sarraute, avocat au barreau de Paris, l'avaient empêché de manière exceptionnelle d'accompagner son épouse dans son voyage. Ces lettres avaient pour but de combler une séparation inhabituelle et de permettre à Raymond Sarraute de participer malgré tout à cette expédition.
Avant de présenter cette correspondance et le voyage qui en est à l'origine, il nous a semblé à propos de formuler quelques rappels sur l'oeuvre et la vie de Nathalie Sarraute. Ces éléments externes sont en effet déterminants pour comprendre le moment charnière qu'incarne ce voyage aux États-Unis dans la réception d'une écriture si singulière.

Retour sur une oeuvre

Nathalie Sarraute a livré une des oeuvres les plus originales de la littérature du XXe siècle. Au cours de son incroyable longévité, elle n'a eu de cesse d'explorer un univers que nul autre avant elle n'avait songé à atteindre : l'impression fugace et vacillante qui s'efface avant même d'avoir été formulée, ce magma mental qui précède la pensée. Un monde flou, dissimulé sous tant de couches de bienséance, de cliché, de contrôle de soi, ce que Sarraute a appelé les tropismes à défaut d'autre terme adéquat et qui constituent la matière essentielle, unique même de son oeuvre.
Se confronter à cette littérature, c'est faire l'expérience presque physique de l'existence de ces voracités sourdes, de ces clapotements obscurs au seuil de la conscience, paradoxalement toujours présents et toujours informulés. Une expression, un mot seul provoquent à l'échelle microscopique des cataclysmes d'émotion, des volontés crispantes de contact, de contrôle, ces mouvements de déroulement organique et tentaculaire pour atteindre, palper une autre conscience. Loin d'être le résultat d'un ésotérisme froid, affecté, ce travail de déchiffrement du mécanisme de la pensée est précisément ce qui en explique la puissance. L'oeuvre de Nathalie Sarraute est une déchirure dans le voile des conventions qui dissimulait à notre perception toute une partie de la réalité intérieure de l'expérience humaine.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli