L'histoire du monde se fait en Asie : une autre vision du XXe siècle / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. L'histoire du monde se fait en Asie : une autre vision du XXe siècle

Couverture du livre L'histoire du monde se fait en Asie : une autre vision du XXe siècle

Auteur : Pierre Grosser

Date de saisie : 05/06/2017

Genre : Histoire

Editeur : Odile Jacob, Paris, France

Collection : Histoire

Prix : 39.00 €

ISBN : 978-2-7381-3623-7

GENCOD : 9782738136237

Sorti le : 10/05/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Ce livre lève le voile sur le rôle décisif - et totalement méconnu -qu'a joué l'Asie dès 1900 sur la scène du monde.
Sait-on ainsi que la victoire du Japon face à la Russie en 1905 a été déterminante pour le jeu des alliances qui entraîna la Première Guerre mondiale ? Ou encore que c'est en Mandchourie, dès les années 1920, que s'est mise en marche la Seconde Guerre mondiale ? Que la guerre froide est née en Asie en 1945, et que c'est également là que s'est recomposé l'ordre international, à la fin des années 1970 ?
S'appuyant notamment sur les travaux d'historiens chinois, japonais ou coréens, Pierre Grosser montre que le Royaume-Uni, la Russie et les États-Unis étaient - et sont encore - des puissances asiatiques.
Un livre qui renouvelle notre lecture géopolitique du XXe siècle et nous fait comprendre pourquoi l'Asie est si importante aujourd'hui.

Pierre Grosser est historien, spécialiste des relations internationales qu'il enseigne à Sciences Po-Paris. Il a été directeur des études de l'Institut diplomatique du ministère des Affaires étrangères à sa création (2001-2009). Il est l'auteur de Traiter avec le diable ? (prix de la Revue des Deux Mondes, 2014).





  • La revue de presse François Bougon - Le Monde du 11 mai 2017

Le livre imposant - plus de 650 pages - se nourrit des travaux de nombreux chercheurs asiatiques et offre un regard décalé sur l'histoire des relations internationales. «Aujourd'hui, c'est le passé des relations sino-japonaises ou sino-indiennes, les contentieux territoriaux en Asie, ou les origines de la question coréenne qu'il faut connaître pour comprendre l'Asie du XXIe siècle et anticiper notre avenir, qui dépend de ce qui se passe en Extrême-Orient.» Même si le livre de M. Grosser n'aborde que le XXe siècle, il est aussi destiné à éclairer le nôtre.



  • Les premières lignes

Extrait de l'introduction

L'importance de l'Asie aujourd'hui

L'Asie joue un rôle important, si ce n'est déterminant, dans le monde du XXIe siècle. Les «tournées» internationales des chefs d'État chinois (Xi Jinping) et indien (Narendra Modi) sont observées à la loupe, tandis que leurs visites à Washington font partie des plus commentées dans le milieu des experts aux États-Unis. La Chine achète des clubs de football européens et attire à prix d'or des stars du ballon rond dans ses propres équipes. L'Amérique s'inquiète des investissements chinois dans les studios à Hollywood et de l'autocensure des cinéastes qui veulent séduire les producteurs chinois et diffuser leurs films en Chine. Le groupe chinois ChemChina vient de mettre la main sur le géant suisse de l'agrochimie Syngenta, ce qui en fait un des seuls poids lourds du secteur, pouvant concurrencer Bayer et Monsanto, qui dès lors sont sur la voie de la fusion. La Chine est en train de dépasser les États-Unis dans le domaine des supercalculateurs.

L'Asie, moteur de l'économie mondiale

En effet, l'Asie pèse de plus en plus lourd dans l'économie mondiale. Elle compte plus de 4 milliards d'habitants sur une population mondiale de 7 milliards. Décrite comme le continent de la misère rurale dans les années i960, elle apparaît aujourd'hui comme celui de la modernité et du dynamisme urbains. Si de larges poches de pauvreté demeurent, c'est en Asie qu'elles ont diminué le plus, et le plus rapidement. L'Asie-Pacifique compte désormais davantage de millionnaires que l'Amérique du Nord. Pékin a sans doute dépassé New York pour le nombre de milliardaires, et Shanghai a certainement dépassé Londres. Les classes moyennes chinoises et indiennes sont plus nombreuses que la classe moyenne américaine. Les 165 milliards de dollars qu'ont dépensés les touristes chinois en 2014 font rêver le monde entier - et notamment la France. Pesant 5 % de la population américaine, les Asiatiques sont la minorité qui augmente le plus vite aux États-Unis depuis 2000 et qui est globalement la plus riche, malgré des inégalités sociales encore plus importantes que parmi les Blancs.
La Chine est devenue l'«usine du monde», accusée de détruire, par la concurrence qu'elle impose, des emplois ailleurs, notamment aux États-Unis, tout en gravissant à marche accélérée les échelles de l'innovation technologique. Donald Trump, élu président des États-Unis en novembre 2016, affirme qu'«il ne faut plus laisser la Chine violer notre pays», alors qu'il y a un siècle, les nationalistes chinois voulaient «redresser leur pays», «pénétré» par les puissances occidentales qui prétendaient le «féconder». Son succès aux élections de novembre 2016 est fortement lié à ce défi chinois, à la crainte qu'il suscite et à ses conséquences sur l'économie et la société américaines.
Des firmes chinoises et indiennes rejoignent, et parfois dépassent, les japonaises et les sud-coréennes en haut du classement des plus grandes entreprises multinationales. La croissance chinoise pèse, selon les années, pour un quart, voire un tiers de la croissance mondiale. La Chine est la première puissance commerciale du monde, avec un excédent colossal. Les huit plus grands ports à containers sont situés en Asie orientale. La Chine est le premier ou second partenaire commercial de la plupart des pays du G20, et figure dans le trio de tête des partenaires commerciaux de tous les pays du monde. Les entreprises étrangères qui y sont implantées génèrent plus de 40 % de ses exportations (60 % il y a dix ans). C'est avec la Chine que les Américains ont leur plus important déficit commercial, d'autant qu'ils y exportent deux fois moins que vers le Mexique.
Le mode de vie des Américains et des Européens, ainsi que leur activité économique, dépendent du flux continu de marchandises en provenance d'Asie. C'est pourquoi la mer Rouge et le canal de Suez, par lesquels transite une part importante de ces marchandises, restent des enjeux stratégiques majeurs. C'est également pour cette raison que les grandes puissances, dont le Japon et la Chine, se pressent pour avoir une base à Djibouti ; que la guerre au Yémen et la stabilité de l'Égypte sont des enjeux stratégiques ; ou encore que la Chine courtise Le Caire, qui a pris ses distances avec l'Arabie Saoudite et qui commence à rejoindre un arc syro-irano-russe, lequel peut devenir le prolongement des grands projets eurasiatiques chinois vers l'ouest.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli