Les animaux ne sont pas comestibles / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Les animaux ne sont pas comestibles

Couverture du livre Les animaux ne sont pas comestibles

Auteur : Martin Page

Date de saisie : 20/03/2017

Genre : Littérature, essais

Editeur : Robert Laffont, Paris, France

Prix : 18.50 €

ISBN : 978-2-221-19338-9

GENCOD : 9782221193389

Sorti le : 09/03/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Le véritable test moral de l'humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu'il échappe à notre regard), ce sont les relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. Milan Kundera Récit du parcours de l'auteur vers le véganisme, ce livre navigue entre essai et aventure intime pour présenter la cause animale comme une lutte politique et éthique exigeante mais aussi joyeuse et inventive.
Être végane, c'est avoir la conviction que l'être humain ne doit pas asservir et tuer les animaux pour manger, se vêtir ou se divertir. C'est un chemin passionnant et imparfait, riche en réflexions, débats, rencontres et connaissances. En racontant son quotidien, en présentant d'autres trajets et motivations (liées à l'écologie, à la santé), en informant sur la nutrition, en montrant que le véganisme est accessible et gourmand, et qu'il n'a rien à voir avec l'ascèse ou la pureté, Martin Page invite chacun, qu'il soit végane, végétarien ou omnivore, à s'interroger sur le regard qu'il pose sur les animaux et sur la place que leur assigne la société.
La lutte pour les animaux est une question de justice sociale. Il est plus que temps d'inventer un monde empathique et égalitaire.

Martin Page est né en 1975. Écrivain, il est notamment l'auteur de Comment je suis devenu stupide, L'Apiculteur selon Samuel Beckett, Manuel d'écriture et de survie, La nuit a dévoré le monde. Il écrit également pour la jeunesse.





  • La revue de presse Julie Clarini - Le Monde du 2 mars 2017

Ça change quoi d'être écrivain quand on décide de devenir végan ? Rien, laisse entendre Martin Page, dont le nouveau livre est d'une tout autre nature que ses précédents. Foin de la veine romanesque ou fantaisiste qui parcourait jusqu'alors la majorité de ses oeuvres, Les animaux ne sont pas comestibles est un témoignage, tout ce qu'il y a de plus sérieux, sur le parcours qui l'a mené à ne plus manger d'animaux, ni consommer de produits qui en sont issus (lait, fromage, cuir, laine, etc.)...
Le plus intéressant reste la description du passage d'un état (omnivore) à l'autre (végan), la façon dont ce choix s'est imposé comme une évidence - «comme la fin d'un aveuglement» face à la violence faite aux animaux. Martin Page insiste, du reste, sur le lien de cette dernière avec celle qui s'exerce sur les hommes et les femmes.



  • Les premières lignes

Extrait de l'introduction

Mon ambition est de montrer que devenir végane est une aventure politique créative. Une aventure qui demande du courage aussi, et qui est parfois complexe. Mais je veux contrecarrer le préjugé selon lequel ce serait un sacerdoce.
Nous avons de la chance : le droit des animaux à ne pas être tués n'empiète pas sur notre santé et notre confort. Aujourd'hui il n'est pas nécessaire aux humains d'asservir et de tuer les animaux pour manger et s'habiller.
Force est de constater que le véganisme reste l'engagement d'une extrême minorité. C'est normal : nous luttons contre un état de fait ancestral, nous luttons contre des habitudes culturelles ancrées en chaque être humain, nous luttons aussi contre l'industrie agroalimentaire et contre des gouvernements conservateurs. Le public s'indigne quand il découvre le traitement infligé aux animaux dans les abattoirs (il y a une sympathie universelle à l'égard des animaux), pourtant il passe vite à autre chose. Nous sommes sensibles à leur sort, mais nous sommes éduqués à oublier.
Le véganisme, par son empathie radicale, n'est rien de moins que le désir d'un changement de civilisation. La question de la libération animale commence à être entendue, en partie d'ailleurs pour des raisons qui ne sont pas liées au souci des animaux : parce que l'exploitation animale met en danger l'humanité en contribuant au réchauffement climatique et à la naissance de nouvelles épizooties suivies par des épidémies affectant les humains.
J'en suis bien conscient : mon livre ne fera pas passer la majorité de ses lecteurs du statut de mangeurs de viande et d'amateurs de sacs en cuir à celui de véganes. Quelques-uns trouveront dans ce livre une impulsion pour changer radicalement, la plupart évolueront plus lentement. J'espère que celles et ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas devenir véganes seront malgré tout des alliés. Si notre comportement vis-à-vis des animaux est problématique, c'est d'abord parce que notre pensée et notre discours le justifient. On peut avoir des difficultés à changer un comportement, c'est compréhensible. Mais il est autrement plus facile de changer notre manière de penser et notre discours. C'est une première étape et elle est primordiale. Les actes suivront.
Le véganisme est un mouvement récent, même si ses prémices remontent à l'Antiquité. La fin de l'exploitation animale est un travail de longue haleine (tout comme la fin de l'exploitation de l'homme par l'homme), et pourtant le temps presse : chaque année, soixante milliards d'animaux terrestres sont tués et mille milliards d'animaux marins.
Je vais être clair : l'objet de ce livre n'est pas de dénoncer les effroyables conditions d'abattage des animaux. Je ne milite pas pour de meilleures conditions d'exécution des vaches, veaux, porcs, agneaux, poulets, poissons, calamars. Je ne milite pas pour un abattage sans souffrance. Je milite pour que l'on cesse de tuer les animaux. Montrez-moi un abattoir de luxe avec masseurs et musique douce, montrez-moi un abattoir avec de la moquette et l'air conditionné, un abattoir confortable et décoré par un designer à la mode : je serai toujours ravagé par la tristesse et par l'horreur. J'ai une autre ambition que celle du moins pire. Le véganisme est plus profond et plus politique qu'un simple aménagement.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli