After Anna / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. After Anna

Couverture du livre After Anna

Auteur : Alex Lake

Traducteur : Thibaud Eliroff

Date de saisie : 01/03/2017

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Pygmalion, Paris, France

Prix : 18.00 €

ISBN : 9782756420097

GENCOD : 9782756420097

Sorti le : 08/02/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Le véritable cauchemar commence lorsque sa fille lui est rendue.

Une petite fille de cinq ans disparaît à la sortie de son école. La police n'a aucun indice. Pas la moindre piste sérieuse. La presse s'empare du fait divers et ne recule devant rien. Ses parents, Julia et Brian, vivent l'épreuve la plus effroyable qui soit.
Pourtant, une semaine après l'enlèvement, Anna leur est rendue, indemne. Sans aucun souvenir de la semaine qui vient de s'écouler.
Mais pour Julia, le pire reste à venir.

ALEX LAKE est le pseudonyme d'un écrivain britannique à succès. After Anna est son premier roman publié sous ce nom. Dès sa sortie, il s'est classé parmi les meilleures ventes au Royaume Uni. L'auteur vit aujourd'hui aux États-Unis.





  • Les premières lignes

1. La vie est compliquée

1

Elle allait être en retard. Une fois de plus.
Julia Crowne leva les yeux vers l'horloge accrochée au mur de la salle de réunion. Il s'agissait d'un modèle de gare suisse, reconnaissable à ses aiguilles carrées. Pas une copie, mais bien un original, qui s'accordait parfaitement avec le bois poli de la grande table ovale et les confortables fauteuils en cuir. Rien n'était trop beau pour la salle de réunion. Les clients qu'ils recevaient ici étaient rassurés par ce genre de détails.
Trois heures moins vingt. On aurait déjà dû parvenir à un accord, pour la garde, mais ça ne se passait pas bien. Notamment parce que leur cliente, la conseillère municipale Carol Prowse, ne se montrait pas raisonnable. Cela pouvait se comprendre : elle avait trouvé son mari, Jordi, poète et professeur d'anglais à mi-temps, au lit avec une de ses anciennes étudiantes. Mais ça ne facilitait pas les choses.
Sous la table, Julia tapait du pied avec impatience. Elle ne pouvait se permettre d'être en retard à l'école, où elle devait aller chercher sa fille de cinq ans, Anna, à trois heures. Une demi-heure après, toutes deux étaient censées passer récupérer un bébé cocker chez une dame qui avait eu la surprise de se réveiller un matin au son de petits cris plaintifs. Sa chienne, qui semblait souffrir d'une mystérieuse langueur depuis une semaine, était en train de produire des chiots à un rythme stupéfiant.
Cette femme, infirmière de profession, prenait son service à l'hôpital en fin d'après-midi. Elle avait accepté de les attendre jusqu'à trois heures et demie, mais pas plus tard. Julia et Anna avaient passé beaucoup de temps à préparer l'arrivée du chiot : il avait fallu lui acheter un panier, décider où le mettre, lui trouver un nom (Anna s'était arrêtée sur Bella, qui plaisait aussi à Julia), s'approvisionner en friandises canines, définir les itinéraires de balade... Julia ne se sentait pas de gérer la déception de sa fille si l'animal ne rentrait pas avec elles ce soir.
Plus encore que cela, Julia comptait sur la petite chienne pour devenir une source de joie et d'affection, car elle allait elle aussi bientôt devoir se battre pour la garde de sa fille, et si les choses devaient se passer comme pour Carol Prowse, Anna allait avoir besoin de toutes les distractions possibles.
Julia n'avait pas trouvé Brian au lit avec une de ses exétudiantes - Dieu merci, vu qu'il enseignait dans une école élémentaire - ni avec personne d'autre, d'ailleurs. Si c'avait été le cas, elle n'en aurait probablement rien eu à faire, et c'est bien là que se situait le problème. Elle aimait bien Brian, voyait en lui un brave homme, un bon père et un mari attentionné - oui, d'accord, un homme, un père et un mari passables -, mais il ne l'inspirait pas. Pire, il ne Y intéressait pas. Comme un collègue de bureau qu'on connaît en passant, mais dont on ne se soucie pas vraiment. Le genre de personne dont le récit des mésaventures - tu savais que Brian divorçait ? - vous navre sur le moment, mais ne vous empêche pas de dormir. Voilà ce qu'elle ressentait pour Brian. Il n'avait plus sa place dans la vie de sa femme.
(...)


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli