La région, de l'identité à la citoyenneté / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. La région, de l'identité à la citoyenneté

Couverture du livre La région, de l'identité à la citoyenneté

Auteur : Armand Frémont | Yves Guermond

Postface : Martin Vanier

Date de saisie : 27/02/2017

Genre : Administration publique

Editeur : Hermann, Paris, France

Collection : Colloque de Cerisy

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782705693121

GENCOD : 9782705693121

Sorti le : 27/10/2016

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Depuis plusieurs années, quinze géographes de tendances diverses, issus des trois universités de Caen, de Rouen et du Havre, se réunissaient régulièrement afin d'analyser et de dénoncer les carences des deux régions de Haute et de Basse-Normandie et de promouvoir l'idée d'unification nécessaire en une seule région, la Normandie. Depuis la réforme territoriale initiée par le gouvernement en 2015, celle-ci est maintenant effective et la spécificité du cas normand par rapport à la situation de la majorité des autres régions a été sa mise en place toute naturelle.
Cela a conduit à approfondir la réflexion sur les implications de la régionalisation lors d'un colloque de Cerisy, en juin 2015. Ainsi furent posés des problèmes essentiels au-delà du simple «découpage» territorial : expérience des géographes sur le sujet ; aménagement du territoire et développement, insertion dans les réseaux et flux contemporains ; rapport aux autres entités territoriales, métropoles, villes, communautés ; interrogations sur la notion d'identité régionale et de citoyenneté dans le cadre de la région. Deux tables rondes avec des acteurs régionaux ont complété les interventions universitaires. L'essentiel des apports du colloque a été réuni dans ce livre sous la plume des géographes normands et de quinze autres contributeurs. Une étape sur l'évolution des idées concernant la notion de région.

Contributions : Mihaela Axente, Guy Baudelle, Pierre Bouet, Arnaud Brennetot, Madeleine Brocard, Pascal Buléon, Michel Bussi, Philippe Cléris, Guy Di Méo, Pierre-Henri Emangard, Anne-Marie Fixot, Armand Frémont, Dominique Gambier, François Gay, Gérard Granier, Yves Guermond, François Guillet, Robert Hérin, Thierry Laverne, Bruno Lecoquierre, Jacques Lévy, Lilian Loubet, François Philizot, Denise Pumain, Marie-Claire Robic. Sophie de Ruffray, Patricia Sajous, Philippe Subra et Pierre Veltz.





  • Les premières lignes

La région, de l'identité à la citoyenneté

Armand Frémont

En janvier 2016, une importante réforme des régions devenait effective. Assez curieusement, les géographes français ne se manifestèrent guère dans les débats qui précédèrent la réforme, à quelques exceptions notables près. Aucun débat au niveau national. Aucun enthousiasme, aucune indignation. Aucune plume fracassante. Pourtant, il s'agissait bien là d'une matière géographique, la région, la commune, le pays, le territoire plus généralement. Silence, sauf sans doute au plan local comme en Bretagne. Il est vrai que la géographie dite «administrative» ne fit jamais partie de la noblesse de la discipline. Mais une telle réforme ne pouvait être purement «administrative».
La réforme formellement s'impose plutôt bien. En quelques mois, une région comme Nord-Pas-de-Calais-Picardie semble aller de soi alors qu'il n'en fut pas toujours ainsi. Le rattachement de l'Auvergne à Rhône-Alpes ne semble choquer personne. Et une très singulière région des frontières de l'est, de la Champagne à l'Alsace, se met en place malgré les différences et les distances. La Normandie ne fait pas de bruit. Elle existe maintenant à la place des deux anciennes petites régions de Haute et de Basse-Normandie. Hors Normandie, à Paris ou ailleurs, elle était toujours présentée comme allant de soi, l'exemple cité en premier pour montrer l'urgence d'une réforme, le bon cas pour en affirmer l'évidence. En Normandie, ce n'était pas vraiment les mêmes discours. Notre Groupe des douze puis quinze géographes réunis depuis sept ans sur cette question put mesurer la force des résistances politiques pour conserver les choses en l'état, en l'occurrence les territoires convenus depuis un demi-siècle environ, deux petites régions portant le même nom prestigieux, deux capitales régionales, Rouen et Caen, et en sus une troisième ville de même taille et port de premier plan, Le Havre. Mais en définitive, tranquillement, sans trop de drame, à la normande, la réforme s'impose.
Depuis près de dix ans, notre groupe de quinze géographes des universités de Caen, de Rouen et du Havre oeuvrait en ce sens. Totalement indépendants, d'horizons divers, d'âges variés, de spécialités complémentaires, nous avons tous à notre actif un travail assidu et substantiel consacré à la connaissance de la Normandie, depuis un demi-siècle pour les plus anciens d'entre nous. Depuis que nous nous réunissons, nous avons publié collectivement en cinq ans sept bulletins et un livre, La Normandie en débat. Ainsi avons-nous pu formuler quelques idées simples mais que nous estimons fortes. 1. Depuis les années 1970, la Normandie est en déclin quasi continu. Presque tous les indicateurs sont convergents. 2. La division en deux petites régions s'est révélée un cadre insuffisant pour le développement d'un projet de quelque poids. Il fallait donc réunifier ou unifier la Normandie, un territoire et un nom. 3. Les rivalités traditionnelles entre les trois villes de Caen, de Rouen et du Havre sont mortifères depuis trop longtemps. Elles doivent être dépassées pour promouvoir une métropole normande tricéphale, entre Paris et la mer. 4. Le réseau dense des petites villes et des villes moyennes, de la côte vers l'intérieur, doit favoriser la permanence de campagnes vivantes, autre richesse, vitale, de la Normandie. 5. De nouveaux modes de participation doivent être trouvés et mis en oeuvre pour rapprocher les décideurs régionaux et les citoyens.
Nous aurions pu nous en tenir là. Une étape essentielle a été franchie, l'unification de la Normandie. Il appartient maintenant aux nouvelles instances régionales de passer aux projets et aux réalisations. Mais, dès l'an dernier, notre groupe avait éprouvé le besoin de pousser plus loin notre réflexion en la confrontant avec d'autres. La plupart d'entre nous ont l'habitude du dialogue depuis assez longtemps sur les thèmes en question avec leurs collègues, géographes ou autres spécialistes... Qu'est-ce qu'une région ? À l'heure de la réforme, cette question récurrente des géographes ne méritait-elle pas d'être posée ? Et on pourrait ajouter... Qu'est-ce qu'un un territoire ? un pays ? une métropole ? un réseau ?... et qu'est-ce que l'aménagement du territoire au siècle de la compétition mondiale ?... Sur ce terrain-là, nous savions bien que l'expérience des géographes français était assez remarquable et ancienne. De même, l'effervescence en cours dans les faits suscitait aussi la réflexion, voire la théorisation, d'autres disciplines, sociologues, historiens, urbanistes, économistes... L'idée s'imposa d'un colloque où seraient confrontées notre propre expérience et les réflexions d'autres collègues, d'autres acteurs, de Normandie et d'ailleurs.
(...)


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli