Le petit livre de la Lune / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Le petit livre de la Lune

Couverture du livre Le petit livre de la Lune

Auteur : Brigitte Bulard-Cordeau

Date de saisie : 06/02/2017

Genre : Sciences et Technologies

Editeur : Chêne, Vanves, France

Collection : Le petit livre

Prix : 14.95 €

ISBN : 9782812315404

GENCOD : 9782812315404

Sorti le : 01/02/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Quel âge la Lune a-t-elle ? Comment les mers lunaires se nomment-elles ? En combien de temps la Lune fait-elle le tour de la Terre ? Qu'est-ce qu'une éclipse de Lune ? Quelle est son influence sur les plantes ? Qu'appelle-t-on une lune gibbeuse ? Combien existe-t-il de golfes lunaires ? Quelle est la distance entre la Terre et son satellite ? Qui a dessiné la première carte de l'astre ? Quels musiciens inspira-t-elle ? Comment influe-t-elle sur nos humeurs ?... Ce petit album illustré d'images anciennes aborde tous les aspects de la Lune, scientifiques, littéraires, artistiques et poétiques.

Brigitte Bulard-Cordeau vit à Paris. Membre des Journalistes-Écrivains pour la Nature et l'Écologie, elle est l'auteure de 40 ouvrages pour adultes et enfants, publiés en plusieurs langues, notamment les quatre «Grimoires enchantés» et /Vies Belles Histoires de chats, édités aux Éditions du Chêne.





  • Les premières lignes

LA LUNE A LA PAGE

La lune, avec sa forme et sa lumière changeantes, blanche ou dorée, n'a pas fini de nous étonner. Dès l'enfance, les comptines ont le don de nous rendre douce à l'oreille celle qui accueille les «trois petits lapins / qui mangeaient des prunes / en buvant du vin». C'est acquis depuis l'âge tendre, la lune est notre amie : au clair de la /une a toujours été la clé magique du sommeil et des rêves. Elle nous poursuit au fil des ans, et la fascination, loin de s'émousser, croît avec le temps. Portée aux nues par les poètes, Alfred de Musset, Verlaine ou encore Baudelaire qui l'associe à la femme, chantée par les troubadours, elle est immortalisée par les peintres éblouis par ses jeux de lumière. Dès ses premières notes, la sonate n° 14 de Ludwig van Beethoven dite «clair de lune» nous laisse imaginer le son grave d'un amour blessé. Faut-il prendre la lune comme témoin de nos brûlures et écorchures ? Cette question nous taraude et, de nos jours, résonne en nous : «j'ai demandé à la lune», chante le groupe Indochine, «mais le soleil ne le sait pas...» La lune est notre amie, à la fois complice et secrète. L'humanité a toujours filé le parfait amour avec elle. Nombre de civilisations lui ont voué un culte. Elle s'appelle diane chez les romains, uranie chez les orientaux, Séléné ou Artémis chez les grecs ; la déesse de la lune se nomme Belisama chez les celtes, Isis chez les Égyptiens, astarté chez les phéniciens. Pour les perses encore elle est Mylitta, pour les arabes Alilat, pour les Iroquois l'Éternelle. Les Péruviens la considèrent comme la soeur et la femme du Soleil. Les Incas enfin la vénèrent comme leur mère.

La Lune ressemble à la Terre

Le soir, de sa fenêtre, on regarde la lune. Et sans connaître encore les raisons de ses reflets, de ses taches ou de ses dessins noircis, tout petit déjà on la personnalise : la lune a bel et bien deux yeux, un nez, une bouche ! Elle est proche de nous et on se l'approprie, mais sa forme changeante finirait par donner le tournis. C'est sans compter son mouvement, puisqu'elle tourne sur elle-même tout en tournant autour de la Terre... et du Soleil. Mais avant cette grande découverte qui remonte à 1609, quand Galilée scrutait les paysages de la Lune et comprenait le mouvement rotatif de la Terre, on ne s'est pas embarrassé de complications mathématiques pour attribuer à la Lune une certaine ressemblance avec notre vieille planète. Le petit de l'homme pense que la lune abrite un lapin. C'est un indice précieux pour s'engager sur la voie de la connaissance... car les pattes avant du léporidé ne sont autres que les mers des Nuées et des Humeurs. Son museau et ses longues oreilles reflètent la mer des Pluies et l'océan des Tempêtes, son oeil mutin est le miroir de l'éblouissant cratère Kepler. On voit encore ses pattes arrière qui correspondent aux mers du Nectar et de la Fécondité, et le petit bout de sa queue qui est dessiné par la mer des Crises. À l'âge de raison, on veut en savoir plus, et d'année en année on étudie la Lune, on découvre son anatomie. Avec ses hautes terres du Sud, ses montagnes - du Jura aux Alpes -, ses océans, ses caps, ses golfes et ses mers, c'est indéniable, la Lune ressemble à la Terre. Anaxagore et Démocrite, un demi-siècle avant notre ère déjà, observaient les atomes crochus entre notre planète et son plus proche satellite.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli