Adam secret : la religion gnostique des mandéens du Moyen-Orient / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Adam secret : la religion gnostique des mandéens du Moyen-Orient

Couverture du livre Adam secret : la religion gnostique des mandéens du Moyen-Orient

Auteur : E. S. Drower

Traducteur : Monique Bacchetta

Date de saisie : 25/01/2017

Genre : Religion, Spiritualité

Editeur : la Fontaine de Pierre, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782902707683

GENCOD : 9782902707683

Sorti le : 13/02/2017

en vente sur


  • La dédicace de l'auteur

Pourquoi se pencher sur une religion à mystères qui plonge ses racines dans le Moyen Orient du début du christianisme ?
Peut-être pour mieux comprendre cette région du monde et, aussi, pour voir la civilisation judéo-chrétienne sous l'angle inattendu des religions gnostiques, encore imbibées d'influences zoroastrienne et égyptienne.
La religion gnostique mandéenne n'a cessé d'être pratiquée, elle est le témoignage vivant des questions théologiques, philosophiques et humaines qui se posaient au début du christianisme et auxquelles elle a donné des réponses originales. Dans la pratique, elle a instauré des rites qui tendent à la purification de la matière ou du corps, à sa spiritualisation.
Les rites baptistes que les Mandéens pratiquent peuvent être vus de manière symbolique. Quant aux textes sacrés, abordés sous un angle symbolique ils permettent d'entrer dans le cycle naturel des naissances, morts, renaissances et de mieux comprendre comment on passe des mondes de lumière à l'imperfection du monde terrestre, comment on retrouve les mondes de lumière.
Dans toute expérience intérieure profonde, l'âme chemine pour parvenir à une compréhension, à une connaissance, à une «gnose». La lecture d'Adam secret nous met dans ce cheminement.

Monique Bacchetta, la traductrice de l'ouvrage



  • La présentation de l'éditeur

Parmi les religions gnostiques, il en est une, le mandéisme, qui est encore pratiquée aujourd'hui. Son origine remonte aux débuts du christianisme, ses racines semblent plonger dans certains mouvements baptistes judaïques.

Ce qui sous-tend cette religion, c'est l'union, le lien qui cherche à s'instaurer entre le monde lumineux, originel, le monde de l'obscurité, et le monde terrestre. Différents niveaux de réalité se vivent. La métaphore du Corps d'Adam exprime comment «le corps humain est une réplique du Corps glorieux et cosmique», comment le microcosme répond au macrocosme. La psychologie junguienne reconnaît dans l'Adam secret une forme de l'anthropos, une image archétypique de l'homme primordial, originel.

Traditionnellement, les Mandéens vivent en Irak et en Iran. Depuis que les guerres se sont succédées au Moyen Orient, un grand nombre d'entre eux a dû émigrer dans différents pays d'accueil où ils s'efforcent de continuer à pratiquer les rites de leur religion.

Si Adam secret évoque certains aspects historiques, il donne surtout à comprendre cette religion à mystères en s'appuyant sur les textes mandéens et en les comparant à d'autres religions du Moyen Orient.

E.S. Drower (1879-1972) a vécu en Irak. Sur le terrain, elle a été en contact avec les Mandéens ou Nasoréens, a participé aux cérémonies religieuses et à la vie quotidienne de ce peuple. Elle a eu la confiance de prêtres qui lui ont confié des rouleaux et livres dont certains dévoilent ce qu'est «la connaissance» ou gnose, «l'illumination», quels rites doivent être scrupuleusement observés dans la vie ou célébrés après la mort. Spécialiste des Mandéens, elle a publié de nombreux ouvrages sur le sujet et a traduit en anglais des livres de prières ou des livres sacrés mandéens.





  • Les premières lignes

Extrait de l'introduction

Les Mandéens sont les survivants d'un peuple fier qui vit encore sur les bords des rivières iraquiennes et plus spécialement dans la plaine alluviale d'Al-Khaur, là où le Tigre et l'Euphrate répandent leurs eaux dans les marais, se rencontrent et s'épousent à Qurnah avant de se jeter dans le Golfe Persique. Ils sont également installés dans les basses terres iraniennes le long du Karoun qui, comme ses deux rivières-soeurs, se déverse dans le Golfe. Mandaiia («gnostiques»), tel est le nom qu'ils se donnent dans leur langue qui est un dialecte araméen. Lorsque les armées de l'Islam vainquirent les Sassanides, ils étaient déjà là et si nombreux que le Coran leur accorda sa protection en tant que «gens du Livre», les nommant «Sabéens». À ce nom ils demeurent attachés, gardant le caractère littéraire de cette forme aussi bien que son aspect vernaculaire d'aṣ-ṣubba, car c'est ce nom qui garantit leur existence de communauté tolérée. Ce mot signifie «ceux qui s'immergent» et se réfère à leur baptême (maṣbuta) et à leurs fréquentes immersions.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli