Trilogie des ombres. Volume 1, Dans l'ombre / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Trilogie des ombres. Volume 1, Dans l'ombre

Couverture du livre Trilogie des ombres. Volume 1, Dans l'ombre

Auteur : Arnaldur Indridason

Traducteur : Éric Boury

Date de saisie : 20/02/2017

Genre : Policiers

Editeur : Métailié, Paris, France

Collection : Bibliothèque nordique

Prix : 21.00 €

ISBN : 9791022605410

GENCOD : 9791022605410

Sorti le : 02/02/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Un représentant de commerce est retrouvé dans un petit appartement de Reykjavik, tué d'une balle de Colt et le front marqué d'un "SS" en lettres de sang. Rapidement les soupçons portent sur les soldats étrangers qui grouillent dans la ville en cet été 1941. Deux jeunes gens sont chargés des investigations : Flovent, le seul enquêteur de la police criminelle d'Islande, ex-stagiaire à Scotland Yard, et Thorson, l'Islandais né au Canada, désigné comme enquêteur par les militaires parce qu'il est bilingue.

L'afflux des soldats britanniques et américains bouleverse cette île de pêcheurs et d'agriculteurs qui évolue rapidement vers la modernité. Les femmes s'émancipent. Les nazis, malgré la dissolution de leur parti, n'ont pas renoncé à trouver des traces de leurs mythes et de la pureté aryenne dans l'île. Par ailleurs on attend en secret la visite d'un grand homme.

Les multiples rebondissements de l'enquête dressent un tableau passionnant de l'Islande de la "Situation", cette occupation de jeunes soldats qui sèment le trouble parmi la population féminine. Ils révèlent aussi des enquêteurs tenaces, méprisés par les autorités militaires mais déterminés à ne pas se laisser imposer des coupables attendus.

Dans ce roman prenant et addictif, le lecteur est aussi fasciné par le monde qu'incarnent les personnages que par l'intrigue, imprévisible.

«Prenant, authentique, fascinant.»
Harlan Coben

Arnaldur indridason est né à Reykjavik en 1961. Diplômé en histoire, il est journaliste et critique de cinéma. Il est l'auteur de romans noirs couronnés de nombreux prix prestigieux, publiés dans 37 pays. Il a conquis en France 3 800 000 lecteurs.





  • Les premières lignes

1

Le Sudin contourna soigneusement les frégates et les torpilleurs avant d'accoster au port de Reykjavik. Quelques instants plus tard, les passagers descendirent du ferry. Titubants, certains étaient très soulagés de retrouver la terre ferme. Pendant qu'ils traversaient le golfe de Faxafloi, le vent avait subitement forci et avait tourné au sud-ouest, il s'était mis à pleuvoir et, après une navigation plutôt calme, le bateau avait beaucoup tangué. La plupart des passagers étaient restés à l'abri dans les cabines exiguës à l'air saturé d'humidité du fait de leurs vêtements mouillés. Quelques-uns, parmi lesquels Eyvindur, avaient souffert du mal de mer sur la dernière partie du trajet.
Monté à bord à Isafjördur en traînant ses deux valises éculées, il avait dormi presque tout le voyage, éreinté après sa tournée. Les bagages contenaient du cirage Meltonian et du vernis Poliflor, ainsi que des échantillons de faïence qu'il avait essayé de vendre dans les villages, les fermes et hameaux des fjords de l'Ouest : assiettes, tasses et couverts fabriqués en Hollande, que le grossiste avait importés en Islande juste avant que la guerre n'éclate.
Eyvindur avait plutôt bien écoulé le cirage et le vernis, s'efforçant également de vanter les qualités de la faïence, mais en cette époque incertaine ce type d'achats n'était pas une priorité. De plus, cette fois-ci, il n'avait pas eu le coeur à l'ouvrage. Ne se sentant pas très bien, il avait négligé de s'arrêter à plusieurs endroits qui faisaient pourtant partie de sa tournée habituelle. D'une certaine manière, il avait perdu toute force de conviction, ce pouvoir presque divin dont le grossiste affirmait qu'il était nécessaire à tous les bons vendeurs. Eyvindur avait engrangé très peu de commandes sur son carnet, et il avait mauvaise conscience. Il se disait qu'il aurait pu se démener davantage, les commandes passées par ses clients ne feraient guère diminuer le stock.
Deux semaines plus tôt, il avait quitté Reykjavik bouleversé, ce qui expliquait partiellement que sa tournée n'ait pas tenu ses promesses. Il avait eu la maladresse d'évoquer un sujet délicat avec Vera et la dispute qui avait suivi l'avait hanté tout le voyage. Vera s'était mise en colère et l'avait traité de tous les noms. Pour sa part, il avait regretté ses paroles dès que le Sudin avait quitté le port de Reykjavik. Il avait eu deux semaines pour réfléchir et trouver un moyen de présenter ses excuses, même s'il n'était pas certain d'être dans son tort. Vera était apparemment sincère quand elle lui avait répondu qu'elle n'arrivait pas à croire qu'il puisse l'accuser ainsi. Elle avait fondu en larmes, était allée s'enfermer dans une pièce et avait refusé de lui parler. Craignant de manquer le ferry, Eyvindur avait pris ses valises remplies de cirage, de vernis et de faïence hollandaise, navré d'exercer la profession de représentant qui exigeait ces longues absences pendant lesquelles il ignorait ce que faisait sa compagne.
Encore plongé dans cette histoire au moment où il avait débarqué, il s'était précipité vers le centre pour rentrer chez lui en se pressant autant que le lui permettait sa corpulence. Grassouillet et l'air usé en dépit de son jeune âge, vêtu d'un imperméable, portant une valise à chaque main, il avait les jambes légèrement arquées. La pluie qui tombait plus dru encore gouttait des bords de son chapeau, elle ruisselait dans ses yeux et sur ses pieds. Il s'abrita sous le porche de la pharmacie Reykjavikurapotek et jeta un oeil en direction de la place d'Austurvöllur où un petit groupe de soldats marchait au pas devant le Parlement. Les troupes américaines remplaçaient peu à peu les soldats britanniques et on pouvait à peine faire un pas dans Reykjavik sans tomber sur des camions, des barrières de protection faites de sacs de sable, des bouches de canons et des jeeps militaires. La guerre avait rendu cette petite ville paisible complètement méconnaissable.
(...)


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli