J'aimais cet homme qui chantait le fleuve / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. J'aimais cet homme qui chantait le fleuve

Couverture du livre J'aimais cet homme qui chantait le fleuve

Auteur : Fatoumata Keita

Postface : Thierry Renard

Illustrateur : photographies de Michel Calzat

Date de saisie : 05/12/2016

Genre : Photos

Editeur : la Passe du vent, Vénissieux, France

Collection : Photographie-poésie

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782845622999

GENCOD : 9782845622999

Sorti le : 08/11/2016

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Je me souviens d'un rêveur qui chantait le fleuve.
Il disait que le fleuve est source de bonheur.
De bonheur mais aussi d'espoir inouï.

LES AUTEURS

MICHEL CALZAT, PHOTOGRAPHE
Après l'ouvrage La sentinelle du Fleuve, Édition Hivernage, 2006, avec les textes d'Antoine Martin, après l'exposition Sénégal Pays Sérère, sur les pas de Léopold Sédar Senghor en 2008, après l'édition du livre Les poussières du vent se lèvent tôt, aux Éditions La passe du vent, 2012, Michel Calzat poursuit son voyage photographique en Terre Africaine.
Ses voyages successifs au Mali nous transportent cette fois, sur les rives du fleuve Niger Djolibà entre Bamako et Ségou. C'est une vision apaisée, sereine, du fleuve et de ses populations, les Bozos, que le photographe nous invite à découvrir. Saison des pluies, saison sèche, Michel Calzat joue avec l'harmonie des couleurs, les paysages linéaires du fleuve et les ambiances feutrées de Ségou. C'est une invitation à la découverte d'un Mali authentique, inspirée des écrits d'Amadou Hampâthé Bà et de Moussa Konaté ; c'est dans cet esprit qu'il a souhaité provoquer un écho poétique avec l'auteure Malienne Fatoumata Keïta.

FATOUMATA KEITA, AUTEURE
Née en 1977 à Baguinéda, au Mali, Fatoumata Keïta est administratrice de l'action sociale. Diplômée en socio-anthropologie et en socio-économie du développement, elle est l'auteure de Crise sécuritaire et violences au Nord du Mali, 2014, Sahélienne ; à toutes les Muses (Éditions du Manden, 2014) ; Sous fer (Roman, Sahélienne/Harmattan 2013) ; Polygamie gangrène du peuple (Nouvelle, NEA 1998)...
Lauréate du 2e prix de la première Dame du meilleur Roman féminin à la seconde édition de la Biennale des Lettres de Bamako, Fatoumata Kéïta est aujourd'hui une valeur sûre de la littérature africaine. Un immense talent confirmé par son premier roman, Sous Fer. Lauréate du prix Massa Makan Diabaté 2015 de la Rentrée littéraire du Mali et du 2e prix du meilleur roman de l'Afrique de l'Ouest.





  • Les premières lignes

Et si nous faisions le plein ?

Le plein d'amour et de romance
Pour mieux soigner nos âmes ravagées
Par ces vents violents de ces jours poussiéreux !

Et si nous faisions le plein ?
De nos coeurs malmenés par les échos malheureux
Douloureuses vibrations des moments sans idylle !

Et si nous faisions le plein ?
Le plein de force et de résistance
Pour croquer ces jours de terreur
Que L'on veut maîtresse de nos fantaisies

Et si nous faisions le plein ?
Le plein de photos.de tableaux.de fantaisies
Le plein de rêves, d'amour, de rires et de folies
Pour mieux rêver nos lendemains !

*

Fleuve Niger ou Djoliba

II était une fois une source qui partagea le lait de son sein
Juteux entre les enfants d'une partie de l'Afrique Occidentale.
Comme un boa majestueux.il serpenta d'abord le Mali
Puis se dirigea vers le Niger auquel il donna son nom.
Il traversa villes, villages et hameaux et arriva au Nigeria
Où il se jetait à l'océan, essoufflé par sa course effrénée.
Cette source qui marqua de son pas géant le cours de notre vie
S'appelle fleuve Niger, surnommé Djoliba ou Issa beri.

Artère nourricières de milles vies que tu ravitailles
Ici, on te respecte pour tes bienfaits
Et t'appelle Badjoliba, mère Djoliba,

(...)


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli