Il était combien de fois / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Il était combien de fois

Couverture du livre Il était combien de fois

Auteur : Hélène Couturier

Date de saisie : 29/01/2017

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Dilettante, Paris, France

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782842638795

GENCOD : 9782842638795

Sorti le : 18/01/2017

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Tiraillée entre la culpabilité de l'infidélité et la monotonie de la fidélité, Mathilde a toujours beaucoup menti. Aussi, quand son compagnon lui demande combien de fois elle l'a trompé, elle continue de mentir. Mais la question a jeté un gros froid et après un brutal et sarcastique règlement de comptes façon radiographie du couple, son compagnon la quitte. Elle pourrait s'effondrer. Elle devrait. Mais elle décide - histoire de ne pas ressembler à une femme fraîchement larguée - de sortir dans la ville. Mathilde a toujours aimé les nuits barcelonaises et les bars et la fête et elle pense que cinquante ans est l'âge où tout est permis.
À travers une succession de rencontres curieuses oscillant entre tragédie et comédie (un dealeur pakistanais, un rasta au crâne rasé et un Israélien altermondialiste) se dessinent deux portraits, celui d'une femme qui veut continuer de rester propriétaire de ses envies et celui d'une ville qui la nuit venue se mue en un vaste terrain de jeux pour adultes.
Entre conte et mécomptes, vertiges et marivaudage, Hélène Couturier nous livre, via la fièvre de ce monologue sauvage aussi drôle que grave, une vue en coupe de nos amours contemporaines.

Hélène Couturier écrit peu mais s'intéresse à beaucoup de choses et surtout aux gens, et surtout à ceux qu'elle rencontre dans les bars et qui écoutent de la musique jusqu'à l'aube. Elle s'est quand même décidée à se mettre devant son écran pour nous conter l'histoire d'une femme qui rencontre des gens qui écoutent de la musique dans des bars jusqu'à l'aube. Elle délaisse pour cette fois son genre de prédilection, le «noir», et nous balade dans les nuits de sa ville d'adoption :





  • La revue de presse Vincent Roy - Le Monde du 26 janvier 2017

Pour ne pas ressembler à une femme «larguée», pour ne pas remâcher indéfiniment son ressentiment - les sentimentaux deviennent vite «ressentimentaux» -, Mathilde, cette quinquagénaire plus libre que jamais...
Au gré de ses rencontres nocturnes et mondialisées, elle est bien décidée à ne plus rien céder sur son désir.



  • Les premières lignes

Il y avait l'autoroute et nous deux dans la voiture. La lumière commençait à décliner. J'avais envie d'écouter de la musique mais Jo et moi n'écoutons pas la même. Jo est un Catalan espagnol qui aime uniquement les chanteurs à texte français et la pop anglaise dépressive façon Tindersticks. Il apprécie aussi les voix mélancoliques des chanteuses comme Agnes Obel ou Sóley. J'aime uniquement l'électro et nous roulions donc en silence et puis nous nous sommes arrêtés pour prendre de l'essence et je suis descendue pour aller acheter de l'eau pétillante et il m'a rejointe pour boire un café.
Il le buvait debout.
Entre nous deux une table haute orange qui avait besoin d'un coup d'éponge.
Et là sur un ton anodin, celui qu'il aurait utilisé pour savoir si je serais à l'appartement jeudi matin pour le relevé du compteur électrique, il m'a demandé :

- Combien de fois tu m'as trompé ?

Je n'ai pas sursauté - sauf dans ma tête ! Puis j'ai instinctivement balayé du regard l'espace autour de nous comme si j'avais besoin de m'assurer qu'il s'adressait bien à moi. C'était sans conteste le cas puisqu'il n'y avait personne d'autre devant, derrière ou sur les côtés.

Juste nous deux.

Et comme son regard n'en finissait pas de me scruter et que très clairement il attendait une réponse, j'ai utilisé le même ton anodin :

- Pourquoi tu me demandes ça ?
- C'est une question comme une autre.

Il plaisantait ? Il y a des tas de questions habituelles dans un couple : à quelle heure tu rentres, qu'est-ce qu'on mange, est-ce que ma mère a appelé sur le fixe, mais la sienne ne me semblait pas du tout relever de cette catégorie et de retour dans la voiture j'ai enclenché la musique. Assez fort. De l'électro minimale comme j'aime et qu'il n'aime pas et tout en écoutant ma musique je me suis répété sa question comme une autre et j'ai conclu que pour un type diplômé d'une grande école de commerce et qui passait ses journées à établir toutes sortes de courbes et de statistiques sa question n'était pas si précise que ça : il voulait connaître le nombre d'hommes ou le nombre de fois tous hommes confondus ?


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli