Scintillements : intégrale des nouvelles / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Scintillements : intégrale des nouvelles

Couverture du livre Scintillements : intégrale des nouvelles

Auteur : Ayerdhal

Préface : Pierre Bordage

Date de saisie : 28/12/2016

Genre : Science-fiction, Fantastique

Editeur : Au diable Vauvert, Vauvert, France

Prix : 23.00 €

ISBN : 9791030700541

GENCOD : 9791030700541

Sorti le : 14/11/2016

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Ayerdhal a prématurément disparu au sommet de son art le 27 octobre 2015. Précurseur, il apparaît comme une comète dans la science-fiction française des années quatre-vingt, avec de somptueux space-operas qui marient génie du récit d'aventure et personnages inoubliables, intelligence bondissante et esprit libertaire. Ses lecteurs ne cesseront plus de le suivre. Au total, une oeuvre fulgurante, vingt-cinq ans de fictions habitées de grandes questions : politique, écologie, racisme, féminisme, genre... Distingué par les prix Tour Eiffel de SF, Polar Michel Lebrun, Rosny aîné, Ozone, Bob Morane et, à titre posthume, du roman Gay, Ayerdhal a été lauréat à deux reprises du prix de l'Imaginaire et a reçu le prix Cyrano pour l'ensemble de son oeuvre.

POUR LA PREMIÈRE TOUTES SES NOUVELLES RÉUNIES
QUARANTE FICTIONS ENRICHIES D'INTERVIEWS
UN TALENT VISIONNAIRE
DIX INÉDITS





  • La revue de presse Macha Séry - Le Monde du 22 décembre 2016

Disparu en 2015 à 56 ans, Ayerdhal, de son vrai nom Marc Soulier, lauréat à deux reprises du Grand Prix de l'imaginaire, fut l'un des artisans les plus flamboyants du renouveau de la science-fiction française des années 1990...
Voici rassemblées en un volume l'intégralité de ses nouvelles. Trente ans de carrière, autant de courts récits rédigés en marge des romans, dont dix sont inédits, notamment le texte inaugural, cosigné avec son frère lorsqu'il était étudiant. Les uns s'étirent sur une cinquantaine de pages, d'autres tiennent en quelques feuillets. Space opera, récit d'anticipation politique, fable écologique... L'ensemble de ses nouvelles permet de saisir la cohérence d'un parcours littéraire croisant habilement les genres ­ (thriller, fantastique, policier), ainsi que de découvrir la permanence des préoccupations d'Ayerdhal...
Le naïf n'est jamais celui qu'on croit. Et l'utopiste, tel Ayerdhal, pas le moins lucide des individus.



  • Les premières lignes

Mat, mat, mat
avec Bruno Soulier

«La finale du grand concours annuel d'échecs qui s'est tenu dans notre ville pour la première fois cette année aura lieu aujourd'hui dans l'auditorium intergalactique à 13 heures GTM. La population est invitée à venir encourager nos deux champions Alpha et Béta.» Le camion haut-parleur parcourait toute la ville, émettant sans cesse le même message. Depuis un mois, la ville était en liesse. À l'occasion du concours, on avait accordé un congé exceptionnel à l'ensemble des travailleurs et la fête, la grande fête des échecs battait son plein. Tous les habitants avaient assisté à au moins une des parties qui se disputaient dans les différentes salles réservées au quatre coin de l'immense métropole. En fait de concours, il s'agissait plutôt d'un marathon d'échecs. Des catégories de joueurs avaient été créées, chaque champion rencontrait celui d'un autre groupe. Les parties duraient en moyenne trois heures. On jouait nuit et jour. La ville n'était plus qu'un échiquier.
Ce jour-là, la finale allait se disputer entre les deux superchampions que l'on surnommait Alpha et Béta. Les matricules chiffrés n'avait plus lieu d'être puisqu'ils allaient être les premiers à prendre place sur l'échiquier de l'auditorium intergalactique. Ils avaient gagné le droit de porter des noms d'honneur.
À 10 heures déjà la foule envahissait l'auditorium. À midi la salle était pleine à craquer et les agents de sécurité se battaient contre une masse déchainée de gens qui préféraient assister à la partie de l'intérieur, plutôt que de la voir sur les écrans monstrueux installés partout dans la ville.

Les techniciens faisaient les derniers préparatifs pour que partout l'on puisse recevoir une image et un son parfaits. À 12 heures 45, Alpha et Béta montèrent sur la pointe. Tout était prêt. Une clameur d'encouragement s'éleva des gradins. Ils s'assirent devant l'échiquier. À 13 heures, la partie commença, la main était à Alpha qui avait remporté ses douze victoires en un temps record de vingt-sept heures au total.

La partie durait depuis quatre heures et sept minutes. Un silence de mort régnait dans l'auditorium et dans la ville. Des millions d'yeux étaient fixés sur cet échiquier magistral. Alpha avait l'avantage puisqu'il n'avait perdu que trois pions et un cavalier et pris trois pions, un cavalier et un fou à son adversaire. Les coups étaient très longs. Aucun temps limite de réflexions n'était fixé. Et pourtant la tension ne baissait pas. Chaque coup était mis en mémoire par l'ordinateur pour qu'il n'y ait pas de contestation possible. Béta semble mal en point, sa position est critique. Alpha réussi à acculer le roi adverse dans l'angle gauche et il n'est protégé que par la dame et le dernier fou. Alpha déplace sa reine pour mettre en échec le roi noir. Béta est obligé de le déplacer vers la droite en donnant un accès facile à la tour blanche. Nouvel échec. Béta n'a plus qu'une position pour son roi. Alpha en profite. Échec et mat.
La foule se leva et acclama le vainqueur. Au même moment un vaisseau se posait sur le toit du bâtiment. Un homme en sortit. Le grand ordonnateur de la planète, venu féliciter le en champion et lui remettre l'épée de la victoire, repartit à bord de son vaisseau or et rouge aux couleurs de la fédération directrice, une fois la cérémonie terminée.

(...)


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli