Mon Paris : la Ville lumière par ses plus célèbres habitants / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Mon Paris : la Ville lumière par ses plus célèbres habitants

Couverture du livre Mon Paris : la Ville lumière par ses plus célèbres habitants

Auteur : Allessandra Mattanza

Date de saisie : 09/11/2016

Genre : Guides Tourisme, Voyages

Editeur : Gründ, Paris, France

Collection : Reportages

Prix : 29.95 €

ISBN : 9782324018541

GENCOD : 9782324018541

Sorti le : 20/10/2016

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Alessandra Mattanza est écrivaine, scénariste et photographe. Née en Italie, elle vit hors de ses frontières depuis maintenant plus de vingt ans.
Profondément marquée par sa jeunesse passée en Australie, elle y retourne régulièrement, notamment pour son travail. Elle a vécu à Munich où pendant dix ans, elle fut rédactrice pour les éditions Handelsblatt. Aujourd'hui New-Yorkaise d'adoption, elle se partage depuis deux ans entre New York et Los Angeles. Son amour du cinéma l'a amenée à se consacrer aux interviews d'acteurs et de réalisateurs, mais elle se passionne aussi pour les voyages et l'écriture. Elle est l'auteure de plusieurs romans, scénarios et beaux-livres, ainsi que de guides et de livres de voyages. Les grandes métropoles, le cinéma, la musique, les animaux et la nature sont ses thèmes de prédilection.





  • Les premières lignes

Extrait de l'introduction

Un pétale de rose qui se dépose sur le coeur et y reste pour toujours en le nourrissant, comme du sang, de son parfum, de sa beauté, de sa propre sève qui pénètre jusqu'à l'âme. Mais aussi une orchidée qui stimule les sens, charnue et sensuelle, aux formes suggestives. C'est ce que Paris a toujours été pour moi. Parce qu'aucune autre ville au monde ne provoque une plus intense émotion, tant romantique que sensorielle. Paris est une ville qui se ressent sur la peau, qui coule dans le sang, qui touche l'esprit, qui se hume, intensément, en plus de submerger le regard d'innombrables scènes de rue colorées et d'être capable d'impressionner par la magnificence de ses bâtiments et de ses monuments... Paris séduit et nous entraîne dans une envoûtante histoire d'amour et de mélancolie, à laquelle il est impossible de rester insensible.
Parfois, il m'arrive de penser à la ville quand je suis loin, et la première image qui me vient à l'esprit, à la manière d'un vieil instantané volé avec un appareil Polaroid et peut-être un peu décoloré avec le passage du temps, c'est toujours celle du «dernier instant que je garde de Paris». Cette image est à chaque fois différente : elle peut être liée à la silhouette d'un édifice aperçu derrière la vitre parsemée de gouttes de pluie d'un taxi qui m'emmène loin du centre ; à l'enseigne au néon d'une brasserie dont je peux encore sentir les saveurs ; à une station de métro où j'ai vu deux amoureux s'embrasser, à un bateau-mouche sillonnant la Seine, léger, hésitant au passage sous un pont ; à une fenêtre d'hôtel d'où l'on peut voir, comme dans un cadre, la tour Eiffel ; ou au coin d'une ruelle d'où un chat curieux observe... C'est comme si la ville était capable de dresser dans mon esprit un album de famille, et de temps en temps elle me rappelle que je dois le regarder, pour conserver en moi de précieux souvenirs. Ou, qui sait, peut-être un jour, rester là à jamais, devenir moi-même une pièce de cette collection, car entre moi et Paris s'est depuis longtemps établi un lien, une connexion que jamais rien ne pourra effacer.
J'ai vécu à différentes périodes à Paris. La plupart du temps à l'hôtel, mais aussi une fois dans la mansarde d'un ami français, à Saint-Germain-des-Prés, à quelques pas du boulevard Saint-Germain. À ce moment de ma vie, je retourne souvent, pour le travail et le plaisir, pour retrouver des amis, pour écrire un livre... J'ai beaucoup voyagé, mais aucun lieu au monde n'est davantage capable de capturer mon imagination que cette ville. Quand je suis à Paris, c'est comme si je me réinventais à chaque fois, comme si seul cet univers existait pour moi. C'est comme une union sentimentale inachevée, qui ne veut pas connaître le mot fin, qui réclame, toujours, une nouvelle tentative, un autre voyage pour devenir, avec une profonde intensité, toujours plus intime. Et l'émotion qui m'attire vers Paris est irrésistible, indispensable, irréversible.
La première fois que j'ai vu Paris, j'avais 16 ans. J'ai aussitôt été ensorcelée. Ce n'était pas seulement du fait des monuments, imposants et superbes, des grands boulevards, spacieux et imprévisibles, comme un kaléidoscope magique dans lequel on regarde et où la perspective change à chaque coin de rue et chaque carrefour, à chaque échange de regard avec les gens qui fourmillent, c'était aussi en raison de cet air pétillant qui descendait jusque dans mes veines avec un léger picotement dans l'esprit, semblable à la sensation que l'on éprouve quand on goûte un verre de bon vin qui aussitôt monte à la tête. Je me sentais légère, loin de mes pensées ou des souvenirs de ma vie d'avant, totalement immergée dans l'instant. Paris fut pour moi enivrante. (...)


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli