Le jardin de la reine : méditations sur la synchronicité / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Le jardin de la reine : méditations sur la synchronicité

Couverture du livre Le jardin de la reine : méditations sur la synchronicité

Auteur : Etienne Perrot

Date de saisie : 23/06/2016

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : la Fontaine de Pierre, Paris, France

Collection : Psychologie

Prix : 18.50 €

ISBN : 9782902707591

GENCOD : 9782902707591

Sorti le : 30/04/2016

en vente sur


  • La dédicace de l'auteur

Synchronicité, ce mot reflète une expérience que nous faisons tous au quotidien de notre vie, celle des coïncidences signifiantes. Le hasard serait-il la marque d'un certain ordre cosmique dont nous faisons partie ? Nous sommes tentés de le penser lorsque des événements fortuits, qui n'ont aucun lien de causalité entre eux, surviennent et, soudain, font sens pour nous. Cette forme de hasard significatif nous déconnecte de la rationalité, il ébranle, il a valeur de révélation.
Dans sa simplicité éloquente, Le Jardin de la Reine évoque ce qu'est la synchronicité pour C.G. Jung, comment ce dernier a été amené à approfondir cette découverte, qu'il a explorée avec Wolfgang Pauli, prix Nobel de physique.
C'est dans un mouvement de grande liberté que l'auteur, Etienne Perrot, entre dans le monde des coïncidences signifiantes, relatant des exemples qui lui sont advenus ou qu'ont vécus des personnes de son entourage. Au détour de certains passages commentés du livre de divination chinois, le Yi king, ou de rêves, ou d'événements vécus par des personnes reliées à leur monde intérieur se dévoile une Sagesse qui nous invite à participer à sa danse, à sa musique, à son oratorio, comme le dit un rêve raconté dans cet ouvrage.

L'éditrice



  • La présentation de l'éditeur

Dans le Jardin de la Reine, de la Sagesse, éclosent des fleurs que C.G. Jung a appelées synchronicités.
La correspondance qui soudain se manifeste entre un événement extérieur et un vécu intérieur est évoquée par Étienne Perrot à l'aide de certains exemples, comme le hasard significatif ou le Yi king. Elle se trouve également mise en évidence dans la narration d'histoires individuelles, caractéristiques, attestant que des coïncidences se révèlent être signifiantes et permettent à tout être qui s'implique dans sa vie intérieure de s'ouvrir à ce qui lui advient et d'en accueillir le sens.
Échappant à la causalité, la synchronicité vivifie celui qui en fait l'expérience, car elle le place dans un autre mode de perception que celui de la rationalité et l'aide à se situer dans une sorte d'unité ou d'unification, dans l'unus mundus des alchimistes, là où semble opérer l'âme du monde.

Etiene Perrot (1922-1996) a consacré sa vie à la recherche intérieure. Il s'est fait connaître par sa traduction du Yi King de Richard Wilhelm. S'inscrivant dans la lignée alchimique de C.G. Jung et de Marie-Louise von Franz, il a traduit plusieurs ouvrages d'alchimie, dont cinq volumes de C.G. Jung. Il a écrit de nombreux livres parus aux Editions de La Fontaine de Pierre qu'il a créées avec son épouse Francine Saint-René Taillandier, connue pour ses traductions de Marie-Louise von Franz. Conférencier et interprète de rêves, il a été chargé de cours (sur l'alchimie) à l'Institut C.G. Jung de Zurich.





  • Les premières lignes

Le huitième volume que je publie aujourd'hui à la Fontaine de Pierre se rapporte, comme ceux qui l'ont précédé, au sujet d'étude le plus digne de l'homme : l'accomplissement intérieur, la réalisation de l'unité que Jung dénomme le Soi, et les alchimistes, la Pierre ou le dieu terrestre. Cette opération fait de l'être humain un microcosme, et le petit univers né en lui se place en résonance avec le monde extérieur qu'il reflète. L'oeil transformé et unifié acquiert une nouvelle perception de ce qui l'entoure. De chaotiques qu'elles étaient, les apparences révèlent désormais une harmonie sous-jacente qui est leur trame et leur confère une signification. Plus encore : c'est comme si l'unité actualisée au-dedans rayonnait et créait autour d'elle un champ ordonné. Le microcosme fait en quelque sorte apparaître le macrocosme et le hasard laisse discerner le sens dont il est gros. C'est de cet univers pacifié, fruit de la clarification du regard, que traite le présent ouvrage.
C.G. Jung a donné le nom de synchronicité aux coïncidences signifiantes manifestées grâce à l'attention portée aux phénomènes intérieurs. Il est convenu de déclarer qu'il couronne ainsi son oeuvre scientifique, en tant qu'il fait de l'aventure psychique décrite par lui le principe d'une nouvelle vision du monde. Mais c'est là trop peu dire. En fait, comme il le reconnaissait lui-même, l'appréhension des connexions acausales réclame bel et bien le passage au-delà de l'esprit dit «scientifique», gouverné par la raison qui examine l'enchaînement des causes et des effets. Elle postule l'éveil d'une faculté capable de saisir une intelligence et une sagesse présentes dans le monde et y poursuivant un mystérieux dessein.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli