Cruel vendredi : La fin approche / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Cruel vendredi : La fin approche

Couverture du livre Cruel vendredi : La fin approche

Auteur : Nicci French

Traducteur : Marianne Bertrand

Date de saisie : 25/04/2016

Genre : Policiers

Editeur : Fleuve éditions, Paris, France

Collection : Fleuve noir

Prix : 20.50 €

ISBN : 9782265098930

GENCOD : 9782265098930

Sorti le : 14/04/2016

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Un vendredi qui s'annonçait des plus ordinaires, un cadavre est repêché dans la Tamise.
Seul indice sur l'identité du mort : autour de son poignet, un bracelet au nom du Dr Frieda Klein. Cette dernière est pourtant bien en vie.
Appelée aussitôt sur les lieux du drame, Frieda n'a pas de doute : l'homme assassiné est bien son ex-petit ami, Sandy. Sa vie, jadis si privée, est désormais exposée au grand jour : de la séparation douloureuse jusqu'à cette ultime altercation en pleine rue, tout est passé au crible par la police. Et lorsqu'un portefeuille appartenant au défunt fait irruption dans son appartement, l'implication de la jeune psychothérapeute semble définitivement scellée. Devenue malgré elle le suspect numéro un, Frieda ne voit qu'une seule issue : prendre la fuite et mener sa propre enquête sur le sort de son ancien amant.

Sous le pseudonyme Nicci French se cache un couple de journalistes londoniens. Nicci Gerrard a enseigné la littérature à Los Angeles puis à Londres, avant de se tourner vers le journalisme et de créer une revue artistique. Elle rencontre alors Sean French, qui deviendra son mari et son compagnon d'écriture.
Traduit dans le monde entier, ce duo incontournable connaît un succès sans cesse grandissant avec désormais quatorze titres à son actif, dont onze publiés chez Fleuve Éditions.





  • Les premières lignes

Kitty, cinq ans, en avait assez. La queue pour les Joyaux de la Couronne avait été interminable et ils n'avaient rien de spécial, de toute façon. Celle devant Madame Tussaud avait été plus longue encore ; la plupart des personnages en cire lui étaient inconnus, et elle n'arrivait pas à les voir correctement avec tous ces gens. En plus, il n'arrêtait pas de pleuvoir. Et elle détestait le métro. Quand elle attendait sur le quai et qu'elle entendait le grondement d'un train à l'approche, on aurait dit qu'une chose affreuse allait surgir des ténèbres.
Mais quand ils montèrent à bord du bateau, sa colère retomba un peu. Le fleuve était si vaste qu'on aurait presque dit l'océan, soulevé par les courants et la marée. Une bouteille en plastique dériva non loin d'eux.
- Elle s'en va où ? s'enquit Kitty.
- Vers la mer, répondit sa maman. Loin, loin, jusqu'à la mer.
- Elle s'arrêtera à la barrière de la Tamise, dit son papa.
- Mais non, répliqua sa maman. Ce n'est pas une vraie barrière.
Alors que le bateau s'éloignait de la jetée, Kitty courut de l'autre côté de l'embarcation. Si elle voyait quelque chose d'intéressant sur l'une des rives du fleuve, c'était qu'elle ratait ce qu'il y avait d'intéressant sur l'autre, ou alors à l'avant.
- Calme-toi, Kitty, dit sa maman. Et si m faisais la liste de tout ce que tu vois dans ton cahier ?
Aussi Kitty sortit-elle son nouveau cahier, celui avec l'éléphant sur la couverture. Et son nouveau stylo. Elle choisit une page blanche et inscrivit le chiffre «un», qu'elle entoura d'un coeur. Elle regarda autour d'elle.
- C'est quoi, ce grand machin, là ?
- Quel grand machin ?
- Celui-là.
- Le London Eye.
Et voilà pour le numéro un.
On était vendredi et la pluie venait tout juste de cesser. Les parents de Kitty prirent un café et Kitty, dont l'école était fermée pour cause de formation et qui rêvait de ce voyage depuis des semaines, fronça les sourcils, le visage penché sur son cahier. Une voix annonçait dans le haut-parleur que le long des rives de la Tamise s'étaient écrites plusieurs pages de l'Histoire. C'était d'ici, disait la voix, que Francis Drake avait mis les voiles pour faire son tour du monde. Et ici qu'il était revenu avec un bateau rempli de trésors, et qu'il était devenu Sir Francis Drake.
Kitty était si concentrée qu'elle fut presque irritée quand son papa s'assit à côté d'elle.
- On s'est arrêtés, dit-il, pour pouvoir regarder la Tamise et London Bridge.
- Je sais, répondit Kitty.
- Tu connais la chanson «London Bridge is falling down» ?
- On l'a appris à l'école.
- Appri-se.
Kitty ignora sa remarque et continua d'écrire.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli