Notre santé dans l'arène politique mondiale / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Notre santé dans l'arène politique mondiale

Couverture du livre Notre santé dans l'arène politique mondiale

Auteur : Yves Charpak | Marc Danzon

Date de saisie : 26/01/2017

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Belin, Paris, France

Collection : Essais

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782701195995

GENCOD : 9782701195995

Sorti le : 06/03/2016

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Crises sanitaires majeures, lobbies politiques et industriels, qualité des soins et des actions de prévention, gestion des campagnes de vaccination face aux craintes populaires, etc. Notre santé à tous est au coeur d'enjeux parfois difficiles à décrypter.
Dans ce livre, deux professionnels racontent le dessous des cartes de la politique de la santé. Pas sous un angle docte et académique, mais sous forme d'échanges de lettres, vifs, contradictoires... et constructifs, où chacun expose ses visions et interrogations pour solliciter les positions de l'autre, sans rien cacher au lecteur et sans langue de bois.
Éclairé par l'expérience passée et présente de ce duo d'experts, cet ouvrage nous livre une plongée passionnante derrière la scène politique, scientifique et technique de la santé. Il évoque en termes simples la construction de nos systèmes de santé, sur la base de connaissances souvent imprécises, imparfaites, mouvantes et qui même basculent brutalement. Autour de thèmes d'actualité, c'est finalement l'évaluation de l'efficacité de nos systèmes de santé qui est en filigrane de tous ces échanges, avec son lot de questions pour le futur sur les grands risques que nous font courir nos modes de vie.

Marc Danzon, médecin psychiatre et de santé publique, a eu une carrière de dirigeant d'institutions, au niveau national et international. De 1999 à 2010, il a été Directeur du Bureau régional de l'OMS pour l'Europe.
Yves Charpak est médecin de santé publique et épidémiologiste. Il a été le conseiller principal de Marc Danzon à la direction de l'OMS Europe. Il a aussi occupé le rôle d'interface entre l'OMS Europe et les décideurs en santé des institutions de l'Union européenne et du Conseil de l'Europe.





  • La revue de presse Paul Benkimoun - Le Monde du 5 janvier 2017

Crises sanitaires, mise en place d'ambitieuses politiques de santé, grands thèmes, organisation au sein des Nations unies, action des lobbies ou rapports entre experts et politiques sont ainsi passés en revue dans des lettres qui mêlent débat scientifique, anecdotes personnelles et élaboration d'une vision stratégique...
De fait, leurs regards se complètent avec complicité et confiance mutuelle, sans pour autant tomber dans la congratulation réciproque ou l'accord parfait...
Ce livre est un plaidoyer pour la santé publique et les indicateurs de santé, aussi imparfaites que soient les statistiques, pour l'évaluation des politiques publiques et pour le rôle irremplaçable de l'OMS, sans dissimuler les travers de cette dernière.



  • Les premières lignes

Varsovie, le 12 avril 2014

Mon cher Yves,

J'espère que tu vas bien et que tu profites du printemps parisien sans trop souffrir de la pollution. A Varsovie aussi l'hiver a été exceptionnellement doux et ensoleillé. J'entends beaucoup de gens ici qui trouvent que le réchauffement climatique n'a pas que des inconvénients...
Je continue comme toi, malgré la distance, à suivre les activités de l'OMS et en particulier le programme du comité régional de l'OMS Europe. Tu te rappelles sans doute les efforts que nous faisions pour assurer le succès de la réunion annuelle des 53 pays de la région. Pour moi, c'était l'occasion de rendre compte à ceux qui m'avaient élu du développement de nos activités et d'entendre leurs attentes.
En regardant ce matin l'ordre du jour de la prochaine session, j'ai eu la surprise d'y voir figurer le thème de l'élimination de la rougeole et de la rubéole. C'était déjà de notre temps un objectif et un engagement à réaliser au plus tard en 20101. A mon départ de l'OMS, cette année-là, j'espérais qu'il faudrait au maximum un an ou au plus deux supplémentaires pour venir à bout de ces deux maladies. Je croyais naïvement que la raison allait enfin l'emporter sur l'irrationnel et la mauvaise foi. Ça ne semble pas avoir été le cas.
J'avoue avoir vécu comme un échec le report de la date de cette élimination. La principale raison en était l'arrêt, pour de mauvaises raisons, d'une campagne de vaccination en Ukraine. Yves, je ne me souviens pas avoir partagé avec toi ces événements. Ils remontent au printemps 2008. Tu devais déjà être rentré à Paris. Je n'ai donc pas pu bénéficier de tes lumières scientifiques. Tu sais combien j'ai fait usage de tes compétences scientifiques dans mes prises de décisions politiques. Aujourd'hui, j'aimerais savoir ce que t'inspirent les motivations, les circonstances et les retombées de ma visite à Kiev, qui restera pour moi l'un des souvenirs les plus marquants de mes dix ans à la direction du bureau européen.
En 2008, l'Ukraine, pays de 46 millions d'habitants, était le foyer le plus important des cas de rubéole et de rougeole de l'ensemble de la région européenne de l'OMS. Des épidémies à grande échelle de ces deux maladies virales y survenaient régulièrement du fait du manque d'immunité chez les adolescents et les jeunes adultes, lié à un échec d'immunisation dans leur enfance. Cette insuffisance vaccinale expliquait leur propagation exceptionnellement importante dans le pays. Pour réussir à les éliminer en Ukraine, et par voie de conséquence en Europe, il fallait absolument lancer dans ce pays une campagne de vaccination systématique visant à rattraper les cas d'échec d'immunisation dans l'enfance.
L'OMS et l'Unicef en prirent l'initiative avec bien entendu l'assentiment du pays, qui devait fournir la logistique, le personnel et les installations médicales. L'utilisation du vaccin fut même autorisée par décret. La campagne de vaccination devait se dérouler en mai et juin et concerner près de 9 millions de personnes âgées de 15 à 29 ans. Tu sais combien nous étions, l'Unicef et nous, très habitués à mener ce genre d'intervention qui n'était pas, loin s'en faut, la première.
(...)


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli