Le principe de parcimonie / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Le principe de parcimonie

Couverture du livre Le principe de parcimonie

Auteur : Mallock

Date de saisie : 05/02/2016

Genre : Policiers

Editeur : Fleuve éditions, Paris, France

Collection : Fleuve noir

Prix : 14.90 €

ISBN : 9782265114456

GENCOD : 9782265114456

Sorti le : 11/02/2016

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

On a volé la Joconde. À la place du mystérieux sourire apparaît le visage hideux de la barbarie. Plus qu'un crime, c'est un manifeste. Polichinelle écarlate et Paganini du rasoir, le monstre qui répond au nom de Docteur Ockham excelle à découper l'anatomie de ses très médiatiques victimes. Performance iconoclaste ou massacre dément ? Paris frissonne. La terreur tout autant que la fascination règnent. Alors que la Seine, en pleine crue centennale, engloutit métro, monuments et musées de la capitale, Mallock, tour à tour commissaire et critique de cette exposition apocalyptique, va devoir démasquer Ockham avant qu'il n'accomplisse son ultime promesse, son grand oeuvre : repeindre le monde aux couleurs du chaos. Un livre phénomène !

Madame Figaro (France)
«Mallock n'a pas son pareil pour inventer des énigmes ahurissantes.»

France Info (France)
«Le thriller de Mallock mêle virtuosité, fantastique, folie [...] avec un commissaire hors du commun !»

Le Soir (Belgique)
«Stupéfiant d'imagination et de sagacité [...]. C'est ahurissant de maîtrise dans le mystère de son élucidation.»

Pulp Den (UK/USA)
«Un mystère fascinant... Un vrai page-turner... Fermement recommandé.»

Shiny New Books (UK/USA)
«Ces romans sortent du seul cadre du genre par leur intensité et leur qualité littéraire.»

La Stamberga dei Lettori (ltalie)
«L'auteur réussit à nous entraîner dans le gouffre obsédant et haletant des événements.»

50/50 Thriller (ltalie)
«Les illustrations les plus brutales que le monde du thriller ait jamais mises sur papier.»

Sous le pseudonyme de MALLOCK se cache J.D. Bruet-Ferreol, peintre, photographe, designer, inventeur, directeur artistique, compositeur et bien entendu... écrivain. Depuis 2000, ce génial touche-à-tout ne se consacre plus qu'à sa carrière de peintre numérique au travers d'expos et d'édition de livres d'art, et à celle d'auteur, notamment de romans policiers. Pour cette année 2016, Fleuve Éditions met son oeuvre à l'honneur, avec la publication du Principe de parcimonie, ainsi qu'avec la réédition du Cimetière des hirondelles et des Larmes de Pancrace, dans leur version revue et embellie, avec des couvertures entièrement désignées par Mallock. L'occasion de découvrir ou de redécouvrir cet auteur au charme singulier, en train de bâtir sa propre légende.





  • Les premières lignes

Fort Mallock, mercredi 12 octobre

Pour préparer les cornichons à la russe, il suffit de les percer à l'aide d'une pique en bois, puis de les plonger dans du gros sel avec de l'ail et un assortiment d'épices : thym, aneth, fleurs de fenouil, ainsi que feuilles de raifort, de cassissier ou de cerisier. La formule que le Dr Ockham avait utilisée était bien plus rustique. Dans un mélange de formol et d'éthanol, il s'était contenté d'ajouter une branche d'estragon, deux ou trois feuilles de laurier et quelques oignons grelots. Dernière différence, en lieu et place des gros malossols, Ockham avait disposé, verticalement, bien serrés les uns contre les autres, des doigts humains.

Une fois le bocal refermé, le Vénérable Initiateur, comme il aimait à se faire appeler, avait inscrit sur l'étiquette : «Pervers au vinaigre». Dans la même encre violette, en pleins et en déliés, était également rédigé le précepte N° 4 : «Tu ne toucheras pas aux enfants avec des pensées sales.»
Lourd de spéculations, le commissaire Amédée Mallock reposa le récipient transparent sur son bureau. Depuis une trentaine de jours, alors que des torrents d'eau engloutissaient la capitale, il tentait de comprendre. Qui se cachait derrière le nom d'Ockham ? Quels étaient ses motivations, son but... les raisons de sa colère ? La France, pétrifiée par la crainte et la fascination, retenait son souffle. En moins de deux mois, le Polichinelle avait commis plus d'atrocités et suscité bien plus de peur que nul autre à ce jour.
Et pourtant, il n'avait pas encore tué.
Pas de quoi se réjouir. Pour Mallock, ce n'était qu'une question de temps.

Après s'être agités en tentant de trouver une sortie, les dix doigts avaient fini par reprendre leur position initiale. Immobiles. Le commissaire s'assit et se força à détourner les yeux. Dehors, un coup de vent rabattit une armée de gouttes contre les vitres. Arrivée en même temps qu'Ockham, la pluie semblait avoir décidé de l'accompagner dans ses délires, montant en puissance à ses côtés. La Seine bouillonnait et, dans les rues de la capitale, les égouts débordaient.

S'il avait fallu donner un point de départ à ce qui allait bientôt s'appeler l'affaire Ockham, l'historien aurait sans doute choisi le 6 septembre, date où celui-ci, par son premier acte de folie, avait plongé le monde entier dans la consternation.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli