Sexomorphoses / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Sexomorphoses

Couverture du livre Sexomorphoses

Auteur : Ayerdhal

Date de saisie : 17/03/2016

Genre : Science-fiction, Fantastique

Editeur : Au diable Vauvert, Vauvert, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 9791030700367

GENCOD : 9791030700367

Sorti le : 14/01/2016

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

«Je leur ai donné l'Histrion, un bouffon aveugle qui aiguillonne chaque Communauté, indifféremment. Un comédien qui peut prendre n'importe quel visage pour torturer les règles, contraignant leurs législateurs à le punir de ses excès, leur faisant découvrir la vertu de ces règles. Un fou dont le roi est l'entité qu'ils animent ensemble, sous l'égide d'une autre entité : moi.»
Aimlin(e) est un(e) sexomorphe, capable de changer de sexe à volonté, individualiste farouche, qui déteste le pouvoir et le rôle qu'on veut lui voir tenir. Genesis, l'intelligence artificielle qui tente de fédérer l'humanité, a fait d'il/el son Histrion, un trouble-fête, un empêcheur de penser en rond qui tient une place indispensable dans le grand dessein qu'il nourrit pour l'Humanité.
Mais Aimlin(e), peu apte à se laisser dicter une conduite et Histrion malgré elle/lui, recherche son créateur pour se libérer d'un destin qui pourrait n'être que le fruit d'une programmation. La recherche de son identité l'entraîne dans toute la galaxie en quête du secret de sa sexomorphie.

Étoile de la SF française, Ayerdhal est un grand écrivain contemporain français. Auteur de plus de vingt romans, il a obtenu tous les grands prix de l'Imaginaire francophone et a reçu le prix Cyrano pour l'ensemble de son oeuvre en 2011. Ayerdhal s'est éteint prématurément le 27 octobre 2015. Son dernier roman, le magnifique thriller fantastique Bastard, Prix Rosny Ainé en août 2015, reparaît en janvier 2016 au Livre de Poche et vient de recevoir un vibrant éloge de Norman Spinrad dans lsaac Asimov Magasine. Il est également lauréat en janvier 2016, à titre posthume, du Prix du roman gay pour Rainboiv Warriors.





  • La revue de presse François Angelier - Le Monde du 17 mars 2016

Conçu par un romancier influencé par Jean-Paul Sartre, Ray Bradbury ou encore Norman Spinrad, pour qui nul jamais n'est quitte de la violence du monde, chef-d'oeuvre du space opera français, le diptyque L'Histrion-Sexomorphoses, réédité aujourd'hui au Diable Vauvert,est avant tout une tentative littéraire de penser, au vif d'une sauvagerie fictionnelle et d'une flamboyance narrative rares, une politique libertaire des corps et l'occasion de nous rappeler, face aux diktats des missionnaires de l'ordre légal, l'inventive salubrité du désordre social.



  • Les premières lignes

Extrait du prologue

Je suis fier. Jamais l'Humanité n'a connu d'aussi longue période de calme (six ans sans le moindre conflit) et jamais elle n'a été aussi proche de l'unité.
Mon unité. Je la revendique parce que j'en suis l'inventeur. Le Daym, quoi qu'en pensent les Communautés qui l'ont développé et qui le constituent, est mon oeuvre. Et je n'en suis pas seulement le concepteur, je suis aussi le seul qui croie à son utilité, sans arrière-pensée, et qui le façonne sans calcul... Enfin : sans m'arranger pour le pervertir ou le détourner à mon usage personnel, car la réalisation du Daym est un calcul permanent composé de trillions d'équations n'ayant pas d'autre but que d'humaniser l'Humanité.
Mon Histrion dit : «La débarrasser de ses pires mesquineries.»
Il dit aussi qu'il y a des planètes sur lesquelles on crève de faim alors que d'autres détruisent annuellement des stocks suffisant à nourrir cent mondes. Il dit encore que des gens meurent d'un virus, d'une bactérie, d'un parasite, quand d'autres franchissent allègrement le siècle avec un corps d'adolescent. Il dit qu'il y a des esclaves dans les mines, des enfants dans les manufactures, des indigents dans les mes, des poètes dans les prisons, des laissés-pour-compte dans les ghettos. Oui, mon Histrion dit qu'il y a encore, qu'il y a toujours et que les Communautés s'en fichent, parce que leur souci est d'imposer leurs credo, pour dominer l'Humanité, par seule ambition de profit. Moi, je jongle avec ça.
Je leur ai donné le Daym pour qu'ils cessent de s'affronter de face, pour que le mensonge et l'hypocrisie remplacent les missiles et les canons, pour qu'ils s'écharpent selon des règles excluant le sacrifice des autres ou de leur piétaille transformée en infanterie. Je leur ai offert de se partager un pouvoir qu'ils possédaient déjà et ils ont plongé, par voracité, sans voir les concessions que cela exigeait.
Partager nécessite de s'accorder sur des valeurs entérinées par des lois communes établissant définitivement les limites inférieures du devoir de chacun. Aucune Communauté impliquée ne peut plus outrepasser ses droits ou déroger à ses devoirs sans s'aliéner l'ensemble des autres. N'importe qui peut tricher, mais la tolérance d'écarts est la même pour tous et, à défaut de s'entendre sur la règle, ils s'entendent sur ses exceptions. Dans un premier temps, j'avais seulement besoin qu'ils s'entendent.
Puis je leur ai donné l'Histrion, un bouffon aveugle qui aiguillonne chaque Communauté, indifféremment. Un comédien qui peut prendre n'importe quel visage pour torturer les règles, contraignant leurs législateurs à le punir de ses excès, leur faisant découvrir la vertu de ces règles. Un fou dont le roi est l'entité qu'ils animent ensemble, sous l'égide intolérable d'une autre entité : moi. Jusque-là, j'étais un outil abstrait. Avec l'Histrion, je devenais représentatif de ma seule volonté et, surtout, concurrentiel.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli