Le vide / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Le vide

Couverture du livre Le vide

Auteur : Patrick Sénécal

Date de saisie : 25/11/2015

Genre : Policiers

Editeur : Fleuve éditions, Paris, France

Collection : Fleuve noir alerte

Prix : 22.50 €

ISBN : 9782265099173

GENCOD : 9782265099173

Sorti le : 12/11/2015

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Vivre au max. C'est le nom de l'émission de télé-réalité de Max Lavoie. Le milliardaire a tout quitté, tout liquidé pour se lancer dans son projet. La première saison a défrayé la chronique, choqué les âmes sensibles et s'est attiré les foudres de la commission de censure. En proposant de réaliser en direct les rêves les plus fous des candidats, Max a frappé un grand coup. La saison 2 débute et promet encore plus de sensations fortes à un public ébahi. Tout semble possible, sans limites. Alors qu'est-ce que les participants vont demander au présentateur philanthrope ? Quel fantasme délirant ? Quel ultime grand frisson ?
Attention mesdames et messieurs, plus loin vous repousserez les limites, plus longue sera la chute... dans le vide.

«À l'avant-plan de ses histoires, il y aura toujours... des histoires, justement. Et il excelle à cela. Prenant plaisir à bâtir cette mécanique très précise qu'est celle du thriller, huilant le moindre rouage, écoutant le tic-tac implacable des mots qui... eh bien, il faut le dire, lui servent à manipuler le lecteur.»
La Presse

Né à Drummondville, au Québec, en 1967, Patrick Senécal a enseigné la littérature et le cinéma et participé à l'écriture de scénarios et à la réalisation de courts-métrages. Il a ouvert une voie à part dans le monde du thriller, avec un style singulier et original qui se joue des règles.
Il s'est ainsi acquis un public fidèle au Canada où ses livres sont des best-sellers et ont connu de nombreuses adaptations cinématographiques. Un succès couronné en France du Prix Masterton du meilleur roman fantastique | pour Sur le seuil, et du Prix Boréal du meilleur roman pour Aliss.





  • Les premières lignes

- J'ai rien à dire.
Devant l'air déçu de son collègue, Fournier hausse une épaule et engage sa voiture dans la rue des Érables, parfaitement déserte à cette heure. Aucun doute là-dessus : Lapointe est sûrement le coéquipier le plus bavard qu'a connu Jean-Guy Fournier en vingt-deux ans de carrière dans les forces de l'ordre. Ce ne serait pas si grave s'il parlait de choses intéressantes, mais non ! Depuis quinze minutes, il ne fait que déblatérer sur la perception qu'ont les jeunes des policiers. Fournier veut bien l'écouter même s'il trouve le sujet assommant, mais de là à participer ! Malgré tout, Lapointe, du genre entêté, tend une seconde perche :
- Allez, Jean-Guy, tu as bien une opinion là-dessus ! Par exemple, ces ados qu'on vient tout juste d'appréhender, tu as bien senti leur mépris envers nous, non ?
- Oui, oui...
- Tu crois pas que ça vient d'une espèce de cercle vicieux qu'on se complaît à entretenir, autant nous, les flics, que les jeunes ? Comme si c'était un pattern tellement enraciné dans notre culture qu'on ne songe même plus à le remettre en question ou même à le modifier !
Fournier, fixant la route devant lui, se retient de soupirer. Il n'y échappera pas, il doit dire quelque chose. C'est le seul moyen pour que Lapointe lui foute la paix. Il finit donc par laisser tomber :
- Tant que les jeunes agiront comme des cons et feront tout pour nous faire chier, les choses changeront pas.
Plutôt satisfait de sa réponse, il jette un rapide coup d'oeil vers son coéquipier. Mais ce dernier le considère d'un air vaguement découragé. Pour enfin changer de sujet, Fournier demande :
- T'as vu le nouveau modèle qu'Audi veut sortir l'an prochain ?
Au même moment, un son percutant éclate dans la nuit, assez proche du claquement de fouet mais en plus définitif. Fournier, oubliant complètement la question qu'il vient de poser, freine brutalement.
- T'as entendu ?
Lapointe fait signe que oui. Pour mieux écouter, le conducteur coupe le moteur. Le son retentit à nouveau.
- C'est un gun, ça ! s'exclame Fournier en pointant son doigt vers le cottage à leur droite.
- Tu... tu penses ?
Lapointe hésite un instant, contrairement à son collègue qui sort prestement de la voiture. Depuis qu'il est flic, Fournier n'a jamais participé à une vraie opération d'envergure. Il faut dire qu'à Drummondville, les coups de feu sont une musique rare. Par exemple, à l'instant même, Lapointe et lui reviennent d'un appartement où la fête battait son plein, un peu trop au goût d'une voisine qui doit se lever à trois heures du matin, dans quatre heures. La grande aventure, quoi. Dire que Fournier était devenu policier pour vivre une existence palpitante ! Il y a bien eu «l'affaire Hamel», quelques années plus tôt, mais, manque de pot, Fournier était en vacances à ce moment-là ! Il a déjà songé à déménager à Montréal, où le quotidien d'un policier connaît à l'occasion quelques poussées d'adrénaline. Mais pour sa femme Danielle, aller habiter dans la grande métropole revient à vivre sur Saturne. Et encore, sur Saturne, au moins, il n'y aurait pas «toutes ces ethnies mélangées». (...)


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli