Au bonheur des jours : histoires de femmes / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Au bonheur des jours : histoires de femmes

Couverture du livre Au bonheur des jours : histoires de femmes

Auteur : Joëlle Miquel

Date de saisie : 09/07/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : la Différence, Paris, France

Collection : Littérature

Prix : 16.00 €

ISBN : 9782729121709

GENCOD : 9782729121709

Sorti le : 07/05/2015

en vente sur


  • La dédicace de l'auteur

Les femmes que je peints dans Au bonheur des jours pourraient toutes dire : «Le bonheur est passé... et je l'ai pris».Le bonheur... tel un cadeau de la vie à ne pas rater, qu'il soit d'un instant ou remette en question le reste de notre existence. Ces femmes ont le courage d'affronter leur différence, de se libérer des conventions, des certitudes, de désobéir et de ne plus subir ce «On» tout puissant qui gouverne nos vies. Ce sont des esprits libres qui veulent construire un monde libre. Qu'elle s'appelle Catherine, Henriette ou Margot, qu'elles soient jeunes, vieilles, douces ou violentes, ce sont des femmes ordinaires qui osent l'extraordinaire et nous donnent envie de les suivre. Ce sont des rebelles qui, à leur dernier jour, ne diront pas «Si j'avais su», mais plutôt «J'ai aimé, j'ai vécu, et basta !».

Joëlle Miquel



  • La présentation de l'éditeur

Joëlle Miquel met en scène des femmes. Des femmes d'aujourd'hui, des citadines ou des provinciales, des libérées ou des fleurs bleues, des mères, des épouses, des jeunes filles - des amoureuses. Elle a un oeil vif sur la vie, un regard qui voit. Les histoires qu'elle raconte - «L'incroyable histoire de Madame Dupon», «Chambre d'hôtel sans bagage», «Juste une goutte d'eau», «La Voie lactée»... - sont celles de toutes les femmes à cet instant de leur existence où elles se libèrent des conventions, des pressions, de la mode, des images formatées qui les empoisonnent et les emprisonnent. Alors, tout à coup, surgissent ces instants si fugaces et si précieux, ces bonheurs des jours qui transfigurent notre vie, le monde. Un livre qui rend heureux.

À quinze ans, Joëlle Miquel débute au cinéma avec Éric Rohmer dans Quatre aventures de Reinette et Mirabelle, film dont elle tient le rôle-titre. À dix-huit ans, elle entre avec succès en littérature avec Les Rosiers blancs. Depuis, après avoir interprété de nombreux rôles tant au cinéma (Beinex, Lelouch...) qu'au théâtre, elle se consacre à la littérature. Elle a publié notamment L'Enfant-rire et Mal-aimés (Mercure de France), L'Appel des Sirènes (Presses de la Renaissance), Le Lit de Rose (Archipel) ou encore Concerto pour Alexandre (Actes Sud).





  • La revue de presse Xavier Houssin - Le Monde du 2 juillet 2015

Le nouveau livre de Joëlle Miquel, Au bonheur des jours. Histoires de femmes, est un recueil de nouvelles très parti­culier. Qui mêle la banalité des jours à l'échappée belle. La routine à l'extravagance. Il s'agit ici de toutes petites révolutions d'existence. D'infimes bouleversements qui peuvent faire sourire tant le trouble qui les accompagne semble désuet. Les héroïnes de ce recueil s'appellent Henriette, Margot, Juliette, Catherine. Amélie ou Chloé...
On les croise dans le 16e arrondissement de Paris et à Saint-Germain-des-Prés, à Venise, à Biarritz. Guère à Pantin ou au Portel. Mais c'est cet étrange contre-pied, vraiment pas dans l'air du temps, qui donne à ces textes un charme étonnant. Joëlle Miquel joue avec les décors, se moque des codes et des origines. Elle serait davantage intéressée par la petite gamberge qui agite tous ceux que la vie immobilise. Et qui les déçoit. Chez elle, on rêve et on réinvente le monde...
Pendant que ses personnages bien élevés se font des politesses, Joëlle Miquel les pousse, mine de rien, sur le côté. Vers la folie douce et la liberté des chemins de ­traverse.



  • Les premières lignes

Au bonheur des jours.

Trois journées en une ! Tel est le lot de la plupart des femmes d'aujourd'hui. Une journée de "femme moderne" est harassante et peut ressembler à un enfer qui vous transforme en harpie, mégère à peine apprivoisée. Comment garder son sourire et sa fraîcheur, comment résister au temps consacré aux enfants, au travail, au mari, à la maison... et moi alors ! Qui se consacre à moi ? Comment ne pas se perdre de vue en assurant un tel rythme ?
Et si tout n'était qu'une question de regard, d'écoute et de disponibilité aux bonheurs du jour ? Les faits résistent mais il ne tient qu'à nous d'en faire une belle histoire.

Prenons une journée ordinaire de la femme ordinaire que je suis.
Debout à 7 heures pour emmener ma fille à l'école. J'ai sommeil. Qui me rendra mes réveils naturels où l'on sort du lit après avoir eu son quota de rêves et dormi tout son soûl ? Je ne peux plus compter le nombre d'heures de sommeil en retard. Je me traîne dans la salle de bains. J'ai une tête à faire peur qui devient de jour en jour irrattrapable. Se maquiller pour cacher les dégâts, pas le temps, j'ai préféré dormir. Le sommeil est le meilleur des maquillages. J'ai des cernes, un teint livide et tant pis. J'ai envie de rester en robe de chambre, une tasse de thé à disposition, et écrire... impossible. L'heure tourne, il faut se dépêcher... Se dépêcher... je voudrais ne plus avoir à dire, penser ce mot. Vite, réveiller ma fille, Marguerite, qui va sûrement me dire en pleurnichant : «M'man, attends un petit peu...» et puis «encore un petit peu...»

Dans la cuisine, mon homme a tout laissé en chantier : son bol, le beurre, la cuillère dégoulinante de miel sur la nappe... J'ai envie de lui téléphoner pour l'engueuler... Stop. On interrompt le mauvais film. Coupez ! Elle n'est pas bonne, on la refait !

7 h 30. J'ouvre la fenêtre. Le soleil brille. Avant d'être mère, je voyais rarement le jour se lever. C'est beau la lumière du matin... j'en profite. «Profite de la vie», disait ma grand-mère morte centenaire. Je prépare un biberon. «À six ans, encore le biberon ! Tu devrais...» Stop. La vilaine petite voix qui me traite de mauvaise mère, me répète : «Peut mieux faire»... Un biberon de lait, une manière rapide et efficace de donner sa ration de calcium à une enfant qui aura peut-être pris son biberon jusqu'à six ans mais aura un bon squelette.
Sur la table, un carnet. Quand on ne se voit pas le matin, avec mon mari, on s'écrit des petits mots se terminant le plus souvent par une phrase simple : Je t'aime... tem... Ces carnets, je les garde comme des pierres d'amour. Je l'ouvre. Je ne vois rien sans mes lunettes... je râle.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli