Et je danse, aussi / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Et je danse, aussi

Couverture du livre Et je danse, aussi

Auteur : Anne-Laure Bondoux | Jean-Claude Mourlevat

Date de saisie : 01/06/2015

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Fleuve éditions, Paris, France

Prix : 18.90 €

ISBN : 9782265098800

GENCOD : 9782265098800

Sorti le : 12/03/2015

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

La vie nous rattrape souvent au moment où l'on s'y attend le moins.
Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n'écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d'un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n'importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, «grande, grosse, brune», pourrait bien être son cauchemar... Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l'un à l'autre. Jusqu'au moment où le paquet révélera son contenu, et ses secrets...
Ce livre va vous donner envie de chanter, d'écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d'écouter le Jeu des Mille Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse.
Ce livre va vous donner envie d'aimer. Et de danser, aussi !

Auteur pour la jeunesse depuis plus de quinze ans, Jean-Claude Mourlevat a publié une trentaine de romans et reçu de nombreux prix tels le prix des Sorcières ou le prix des Incorruptibles, qu'il a obtenus plusieurs fois. Il est traduit dans une vingtaine de pays. Actrice de théâtre, parolière puis journaliste, Anne-Laure Bondoux embrasse en 2000 une carrière d'écrivain. Elle a publié dix romans pour la jeunesse, et son travail a été récompensé par de nombreux prix, en France et à l'étranger.





  • La revue de presse Frédérique Roussel - Libération du 2 avril 2015

Les deux personnalités se dessinent, quelques personnages secondaires apparaissent, des blessures de la vie se font jour. Mais le propos veut aller bien au-delà d'un flirt de circonstance entre une lectrice énamourée et un écrivain flatté. La grosse enveloppe de départ, le manuscrit d'Adeline, reste sur le bureau de l'écrivain. L'écheveau se dévide pour prendre l'allure d'une intrigue plus complexe.



  • Les premières lignes

De : Pierre-Marie Sotto
À : Adeline Parmelan

Le 24 février 201 3

Chère Madame Parmelan,
Rentrant de voyage ce samedi, je trouve dans ma boîte aux lettres cette volumineuse enveloppe portant votre adresse mail au dos. Je suppose qu'il s'agit d'un manuscrit. En ce cas, je vous remercie de la confiance que vous me témoignez, mais je dois vous informer que je ne lis jamais les textes qu'on m'envoie. C'est le travail des éditeurs. Pour ce qui me concerne, je ne suis qu'écrivain et j'ai bien assez de mal avec ma propre écriture pour avoir la prétention de juger celle des autres.

Je n'ai donc pas ouvert votre enveloppe. Je vous la retournerai dès lundi à votre adresse postale si vous me la communiquez. J'espère que vous ne m'en voudrez pas trop.

Bien cordialement.
Pierre-Marie Sotto


De : Adeline Parmelan
À : Pierre-Marie Sotto

Le 24 février 2013

Cher Monsieur Sotto,
Je vous remercie d'avoir pris la peine de m'écrire dès votre retour de voyage, même si votre réponse m'a beaucoup déconcertée. Pour tout vous dire, j'étais certaine que vous alliez décacheter mon enveloppe. Mais réflexion faite, je comprends : votre notoriété doit vous attirer toutes sortes de demandes ennuyeuses, et vous avez raison de vous en protéger. Puisque vous avez eu la gentillesse de m'envoyer un message, je me permets de vous préciser que le contenu de l'enveloppe n'a rien d'ordinaire. Et, bien qu'étant l'une de vos admiratrices, je crois pouvoir affirmer que je ne suis pas une lectrice comme les autres.

En comptant sur votre curiosité et en espérant ne pas vous paraître trop insistante.

Avec toute mon admiration.
Adeline Parmelan


De : Pierre-Marie Sotto
À : Adeline Parmelan

Le 25 février 2013

Chère Madame Parmelan,
Si je n'ai pas ouvert votre enveloppe, c'est parce que j'aime choisir moi-même mes lectures. C'est aussi en effet parce que j'ai appris avec le temps à ne pas me disperser. Il m'est arrivé une seule fois d'engager une correspondance avec une lectrice, mais, pardonnez-moi de le dire avec franchise, je n'ai aucune raison objective de renouveler cette expérience avec vous.

Merci de me lire.

Bien cordialement.
Pierre-Marie Sotto


De : Adeline Parmelan
À : Pierre-Marie Sotto
Le 25 février 2013

Cher Monsieur Sotto,
Je n'ai pas l'habitude d'écrire à des personnalités et vous n'imaginez pas les hésitations qui ont précédé l'envoi de cette enveloppe, ni les efforts que j'ai déployés pour trouver votre adresse postale. Apparemment, la lectrice avec laquelle vous avez correspondu avait des arguments plus solides que les miens pour voler un peu de votre temps. Je me demande comment elle s'y est prise !

Le ton sec de votre message est plutôt décourageant, mais je tente encore ma chance : cette photo, que je vous envoie en pièce jointe, vous évoquera peut-être quelque chose.

Bien à vous.
Adeline Parmelan


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli