Vengeance, impair et passe / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Vengeance, impair et passe

Couverture du livre Vengeance, impair et passe

Auteur : Jeffery Deaver

Traducteur : Jean Esch

Date de saisie : 31/10/2014

Genre : Policiers

Editeur : Ed. des 2 terres, Paris, France

Prix : 21.50 €

ISBN : 9782848931869

GENCOD : 9782848931869

Sorti le : 15/10/2014

en vente sur


  • La dédicace de l'auteur

Parallèlement à ses séries, comme celle mettant en scène le personnage de Lincoln Rhyme, Jeffery Deaver aime écrire des thrillers «indépendants», aussi originaux que captivants.
Ainsi, après le très inquiétant «Instinct de survie» (paru aux Deux Terres en 2011), j'ai eu le plaisir de traduire «Vengeance, impair et passe».
Cette fois, Deaver nous fait découvrir l'agent fédéral Corte dont le travail consiste à protéger des personnes, généralement des témoins importants, menacées par des tueurs à gages.
Grand amateur de jeux de société, Corte livre des duels psychologiques contre ses adversaires invisibles, et d'autant plus dangereux.
Cette nouvelle mission va lui permettre de se retrouver face à un vieil ennemi, le plus redoutable, le plus cruel, qu'il ait jamais connu, avec lequel il a un compte à régler.
Dès lors, tous les coups sont permis. Des deux côtés.
A l'instar de son personnage principal, Jeffery Deaver est un fin connaisseur de l'âme humaine et un expert en manipulation mentale, et il nous offre ici un festival de fausses pistes, de faux-semblants et de rebondissements, jusqu'à l'épilogue.

Jean Esch, le traudcteur de l'ouvrage



  • La présentation de l'éditeur

«Deaver fait du casse-tête intellectuel l'élément le plus excitant de son drame ultra-angoissant !»
The New York Times

Depuis six ans, l'agent Corte, spécialisé dans la protection des personnes, est obsédé par Henry Loving, individu impitoyable qui a tué son mentor et ami. Lorsqu'il est chargé d'assurer la sécurité la famille Kessler, prise en chasse par Loving, Corte y voit l'occasion de se venger. La mission tourne très vite au duel entre les deux hommes, où chacun tente d'anticiper les mouvements de l'adversaire à l'aide de stratégies de plus en plus complexes. Les Kessler, pris entre deux feux et cloîtrés dans une planque, ignorent lequel d'entre eux est la cible de Loving. Leurs relations se tendent jusqu'au point de rupture. Corte, malgré l'opposition de sa hiérarchie, décide d'appliquer sa propre stratégie : vengeance, impair et passe.

Jeffery Deaver, ancien journaliste, chanteur folk et avocat, est publié dans plus de cent-vingt pays et traduit dans vingt-cinq langues. Ses romans, qui figurent régulièrement sur les listes des best-sellers, ont été récompensés par les prix les plus prestigieux de la littérature policière, tel le prix Steel Dagger pour Le Rectificateur. Le Désosseur a été adapté au cinéma par Universal, avec Denzel Washington et Angelina Jolie dans les rôles principaux. La critique salue son talent pour le climat de terreur si particulier qu'il sait installer et ses intrigues riches en rebondissements. Lors de sa parution aux États-Unis, Vengeance, impair et passe a reçu le prix du meilleur thriller de l'année décerné par l'Association internationale des auteurs de thrillers.





  • Les premières lignes

Juin 2004

LES RÈGLES DU JEU

L'homme qui voulait tuer la jeune femme assise à côté de moi roulait à un peu plus d'un kilomètre derrière nous, alors que nous traversions un décor pastoral de champs de tabac et de coton en cette matinée humide.
Un coup d'oeil dans le rétroviseur révéla le miroitement d'une voiture avançant à une allure confortable au milieu de la circulation, conduite par un homme qui, en apparence, ne semblait guère différent de la centaine d'automobilistes présents sur cette route à quatre voies récemment refaite.
- Agent Fallow ? dit Alissa, avant de rectifier, comme je l'y encourageais depuis une semaine : Abe ?
- Oui ?
- Il est toujours là ?
Elle avait vu mon coup d'oeil.
- Oui. Et notre suiveur aussi, ajoutai-je pour la rassurer. Mon protégé roulait derrière le tueur, à deux ou trois voitures de distance. Et il n'était pas le seul membre de notre organisation sur le coup.
- OK, murmura Alissa.
Cette femme d'environ trente-cinq ans avait dénoncé un entrepreneur qui travaillait pour le gouvernement et principalement pour l'armée. La société en question affirmait haut et fort qu'elle n'avait rien à se reprocher et qu'elle se soumettait volontiers à une enquête. Mais la semaine dernière, quelqu'un avait attenté à la vie d'Alissa et, comme j'avais fait l'armée avec un haut gradé à Fort Bragg, le ministère de la Défense avait fait appel à moi pour la protéger. En tant que chef de l'organisation, je ne vais plus souvent sur le terrain, mais à dire vrai, j'étais heureux de pouvoir prendre l'air. Ma journée typique désormais, c'était dix heures passées derrière mon bureau dans notre agence d'Alexandrie. Et depuis un mois, on était plus près des douze ou quatorze heures car nous devions coordonner la protection de cinq informateurs face au crime organisé, avant de les remettre au programme de protection des témoins pour leurs opérations de chirurgie esthétique.
C'était bon de reprendre le collier, ne serait-ce que pour une semaine ou deux.
J'appelai mon protégé en utilisant le numéro enregistré dans mon portable.
- C'est Abe, dis-je avec mon kit mains libres. Où il est ?
- Un peu moins d'un kilomètre. H roule lentement.
Le tueur, dont on ignorait l'identité, était au volant d'une Hyundai grise passe-partout.
Je suivais un semi-remorque sur lequel était écrit «Société de traitement des volailles de Caroline». Il était vide et conduit par un de nos spécialistes du transport. Le véhicule qui nous précédait était une voiture identique à celle que j'avais entre les mains.
- Il reste trois kilomètres avant l'échange, dis-je.
Quatre voix accusèrent réception du message sur une fréquence extrêmement codée. Je coupai la communication. Sans la regarder, je dis à Alissa :
- Ça va bien se passer.
- Je... Je ne sais pas... bafouilla-t-elle dans un souffle. Elle se tut et fixa son regard sur le rétroviseur comme si l'homme qui voulait la tuer était juste derrière nous.
- Tout se déroule comme prévu.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli