Poésie irlandaise contemporaine / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Poésie irlandaise contemporaine

Couverture du livre Poésie irlandaise contemporaine

Auteur : Martine Chardoux | Jacques Darras

Date de saisie : 29/06/2013

Genre : Anthologies

Editeur : Castor astral, Bègles, France

Collection : Poésie

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-85920-940-7

GENCOD : 9782859209407

Sorti le : 22/08/2013

en vente sur


  • La dédicace de l'auteur

Nous aimons l'Irlande. Nous aimons cette île voisine de l'Angleterre et pourtant si différente. Nous aimons son amour de la poésie. En Irlande la poésie est la première forme d'art depuis toujours, avec la musique. La tradition poétique irlandaise remonte à la nuit des temps. À la fin du XIXe siècle, elle s'est renouvelée, réveillée, en investissant la langue anglaise de toute la puissance de l'imaginaire gaélique. Cette renaissance s'est incarnée dans la figure d'un grand poète, William Butler Yeats, prix Nobel en 1924. Presque aussitôt après, l'immense James Joyce contournait l'anglais par toutes les langues européennes dans son Finnegans Wake. Les poètes d'aujourd'hui sont leurs héritiers à tous deux. À leur école, ils ont appris le symbolique et le concret, le politique et le mythique, le linguistique et la rhétorique. Ils forment une troupe d'autant plus impressionnante que des poètes femmes ont pris place à côté des poètes hommes, à valeur égale et quelquefois supérieure. Les 21 poètes irlandais d'aujourd'hui que nous avons choisis, nés entre 1928 et 1974, sont représentés dans notre anthologie par leurs poèmes les plus récents. Nous entrons avec eux et l'Irlande dans le monde nouveau, 21 poètes pour le XXIe siècle.

Martine Chardoux, Jacques Darras



  • La présentation de l'éditeur

Existe-t-il écrivain plus ancré dans sa terre natale et ses légendes, et en même temps plus ouvert au monde, que le poète irlandais ? Se tenir à la croisée de deux langues officielles, l'anglais et le gaélique, en préférer parfois une troisième, comme Samuel Beckett écrivant en français ou Joyce s'exprimant en italien, vous confère une identité de citoyen du monde et d'émigrant perpétuel qui nourrit l'imaginaire.





  • La revue de presse Jean-Yves Masson - Le Magazine Littéraire, juin 2013

Le plus grand mérite de cette anthologie est de rendre compte des deux phénomènes majeurs qui ont affecté la poésie irlandaise à partir des années 1980 : l'irruption massive des femmes, avec quelques voix majeures comme Eiléan Ní Chuilleanáin, Eavan Boland ou Nuala Ní Dhomhnaill ; et le désir de la génération d'alors de contribuer au dialogue et à la consolidation d'une paix civile encore précaire. Les raisons de l'audience très large des poètes contemporains en Irlande sont à chercher là : la poésie est rarement entendue dans les pays où tout va pour le mieux. Ciarán Carson, né à Belfast en 1948, Harry Clifton, né à Dublin en 1952, sont ainsi deux témoins majeurs des mutations de l'Irlande moderne. Signalons pour finir l'inclassable Vona Groarke (née en 1964) qui, sauf erreur, est ici traduite pour la première fois : un livre comme celui-ci est aussi utile parce qu'il ne se contente pas des valeurs établies mais prend (avec bonheur) le risque de la découverte.



  • Les premières lignes

DANS L'AMPLITUDE DES VAGUES DU TEMPS

Ce n'est pas rien de naître poète en Irlande. C'est hériter d'une position géographique insulaire, à l'extrême ouest de l'Europe, face au large atlantique et l'Amérique. C'est s'inscrire dans une tradition ancienne, en la personne du fili ou voyant, dépositaire des chants gaéliques de la tribu. C'est être le produit d'actes de colonisation au XVIe siècle, de la part du voisin anglais, qui conduisirent quelques siècles plus tard à une révolte organisée (1916), soldée par une partition de l'île en deux. C'est avoir vécu le dernier siècle, le XXe, dans un climat délétère de terrorisme et de guerre larvée. C'est enfin grandir, aujourd'hui encore, dans une société fortement contrainte par les croyances religieuses, où littérature et poésie ont valeur d'émancipation, voire de transgression.
Quelle force, cependant, cet héritage multiple ! Y a-t-il écrivain plus ancré dans sa terre natale et ses légendes, et en même temps plus ouvert au monde que le poète irlandais ? Se tenir à la croisée de deux langues officielles, l'anglais et le gaélique, en préférer parfois une troisième comme Samuel Beckett écrivant en français, ou Joyce s'exprimant en italien, vous confère une identité de citoyen du monde et d'émigrant perpétuel qui nourrit l'imaginaire. Ainsi, lorsque W. B Yeats entre en littérature à la fin du XIXe siècle avec son oeuvre symboliste Les Errances d'Ossian (The Wanderings of Oisin), pose-t-il inconsciemment les termes d'un programme général. Explorateur du passé et de la littérature celtique avec le concours de sa protectrice et amie, Lady Gregory, il affronte par ailleurs - à distance certes - le monde littéraire à venir, au côté du jeune moderniste américain Ezra Pound.
Cela est encore plus net chez Joyce. Son héros fusionne deux types d'exil, celui de Stephen Dedalus, étranger dans son propre pays, et celui de l'errant juif perpétuel, Leopold Bloom, définissant le paradigme de notre monde contemporain, à savoir comment concilier l'appartenance à une origine avec la désidentification où nous convoque la mort. Joyce et Yeats meurent l'un et l'autre en 1939, à la veille du plus grand bouleversement mondial dans l'histoire de l'humanité. C'est à quelques années près, dans la même décennie, que viennent à la vie leurs héritiers poètes, John Montague, Thomas Kinsella, Seamus Heaney, Michael Longley, Derek Mahon. Ces noms constituent notre référence de départ dans l'anthologie sélective que nous offrons ici. Tous ces poètes forcent en effet notre admiration collectivement aussi bien qu'individuellement. Qu'ont-ils en commun ? Un puissant sentiment d'humanité, un sens très aigu de la singularité formelle.
Disons-le avec une certaine naïveté, il n'y a pas à choisir entre eux. Ils ne s'excluent pas l'un l'autre mais se complètent harmonieusement. Certes, l'un d'entre eux, Seamus Heaney, a reçu la distinction considérée comme suprême du prix Nobel, en 1995. Mais cela comptera finalement peu au terme de décennies. Plus durablement pertinente, à nos yeux, sa lecture claire et mesurée de la tradition qu'il vénère, où il s'inscrit et à laquelle il a donné en 2002 le titre adéquat de Finders Keepers, faisant se côtoyer les «découvreurs» (finders) et les «classiques» (keepers). Quant à la singularité de sa poésie, elle tient pour nous dans une extension du regard lucide, quasi clinique de Yeats, à l'usage d'une langue de plus en plus marquée par le consonantisme de Hopkins. De là sa propension récente, semble-t-il, à converger avec les formes hermétiques de l'Anglais Geoffrey Hill. Est-ce à dire que sa traduction du Beowulf, ce poème anglo-saxon datant du VIIIe siècle, aurait laissé des traces ?


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli