L'année lumière / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. L'année lumière

Couverture du livre L'année lumière

Auteur : Giuseppe Genna

Traducteur : Serge Quadruppani

Date de saisie : 24/02/2012

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Métailié, Paris, France

Collection : Bibliothèque italienne

Prix : 19.00 €

ISBN : 9782864248583

GENCOD : 9782864248583

Sorti le : 15/03/2012

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

À Milan, une entreprise de téléphonie mobile célèbre ses succès commerciaux en même temps qu'elle est confrontée à une tentative de prise de contrôle hostile de la part d'une société anglaise. L'un des principaux dirigeants de la société milanaise, que tout le monde appelle Mental, découvre en rentrant chez lui son épouse plongée dans un état de sidération sur lequel la médecine a peu de prise. Qu'est-ce qui a pu la plonger dans un tel état de choc ? Mental va découvrir, en même temps que la vie cachée de son épouse, les agissements de l'Affairiste, vieil agent d'influence rappelé d'Afrique du Sud par les Anglais, tandis que peu à peu se dévoilent les projets communs de la société et du Vatican, décidés à exporter dans les étoiles le délire technologique érigé en religion. Thriller, satire sociale, essai critique, roman de moeurs contemporaines, embrassant un arc historique qui commence dans le Saint-Tropez des années cinquante et finit avec l'élection du dernier pape, cet inclassable récit d'une surprenante richesse, avec son étonnant final d'une poésie puissante est de ces oeuvres qui font longtemps leur chemin dans l'esprit du lecteur après qu'il a refermé le livre.

«Genna écrit avec une énergie prodigieuse qui glace le lecteur.»
The New Yorker

«L'année lumière, caractérisée par un style syncopé, nerveux, parvient à rendre compte du panorama complet de nos névroses, à travers des observations, des métaphores et des coups de poignards.»
La Stampa

«Le roman dur et crépusculaire d'un écrivain qui atteint ici un tournant important.» Repubblica

Giuseppe Genna, né à Milan en 1969, est l'un des auteurs italiens les plus reconnus de sa génération. Après un parcours consacré à la philosophie et à la poésie, il publie, entre autres : Sous un ciel de plomb, Au nom d'Ismaël et La Peau du Dragon (Grasset).





  • Les premières lignes

Notre Homme

Il avait été autrefois, celui dont on parle, un homme aimable et en tout cas il avait été aimé. Cet homme a un nom et son nom est secondaire, nous l'appellerons comme l'appellent ses collègues, ses amis, ses proches, qui l'appellent : le Mental. C'est un surnom plaisant et, comme tout surnom, il conserve quelques grammes de vérité sur le personnage. C'est de fait un esprit remarquable, rapide et impitoyable envers quiconque lui fait obstacle.
En outre, le Mental ment.
Il ment, en quelque sorte, à partir de son physique, vaguement en surpoids, mais pas trop, et il n'est pas élancé. Non qu'il soit extrêmement petit, mais il l'est un peu, oui, et on sait bien que les gens plus petits que la moyenne développent une agressivité dangereuse, une périlleuse volonté de revanche. Les cieux, sentent-ils, leur ont piqué leur droit à exister comme les autres. C'est exactement ce qui arrive à Mental.
Un très beau regard, mais très froid aussi, et ironique aussi, en raison des pupilles d'un bleu profond qui parfois paraissent glaciales et presque extraterrestres, un regard qui trahit une intelligence excessive : cet homme est très malin. Son humour est une arme. Il a transféré les compétences de survie de son corps, légèrement plus disharmonique que la norme, à son esprit : rapide, préhensile, reptile. Ses cheveux, aile de corbeau, tendant au bleu, se sont dernièrement parsemés de blanc, juste sur une vague à droite du front, ce qui lui confère un surplus de martialité et d'autorité. En pratique, un billet de visite qui annonce : attention, je suis un faux doux, je suis l'homme qui mord.
Il est marié mais n'a pas d'enfant. C'est un problème. Il vit dans une zone de Milan entre centre et périphérie.
Le Mental avait fait carrière, grâce à ce bagage d'inépuisable mais non proclamée agressivité. Il était devenu un dirigeant important dans une multinationale des télécommunications, à participation franco-germano-italienne, qui s'appelle Komtel.
Il parcourait les open spaces du grand siège de l'entreprise aux portes de Milan comme s'il nageait, sûr de lui, tel un requin, et de fait, pour tous, il était comme un requin. Il avait dévoré ceux qui s'étaient placés devant lui comme des obstacles sur le chemin de sa carrière, laquelle avait été très rapide, pas instantanée, mais remarquable. Il avait fait beaucoup de chemin. Il venait d'en bas, il était monté à l'assaut du ciel de l'entreprise. D'aigle, il s'était fait requin, en sachant être parfois vautour, parfois serpent. Ses tactiques étaient admirées par les autres dirigeants, surtout par ceux qui occupaient des positions supérieures à la sienne et qui étaient prêts à l'accueillir définitivement dans le gotha, parce que désormais il paraissait naturel qu'il en soit ainsi.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli