2012 les gardiens du temps / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. 2012 les gardiens du temps

Couverture du livre 2012 les gardiens du temps

Auteur : Aurélie Hustin de Gubernatis

Date de saisie : 26/06/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Plon, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 21.90 €

ISBN : 9782259214421

GENCOD : 9782259214421

Sorti le : 12/05/2011

en vente sur


  • Le message sonore
Un message sonore de Aurélie Hustin de Gubernatis

Une courte lecture d'Aurélie Hustin de Gubernatis



  • La présentation de l'éditeur

Selon une légende maya, treize crânes de cristal disséminés à travers le monde doivent être réunis avant le 21 décembre 2012 pour permettre à l'humanité d'entrer dans une ère nouvelle.

Alberto Caprielli, ethnologue passionné, parvient après des années de recherches à retrouver tous les crânes et convaincre leurs «gardiens» de réaliser l'antique prophétie.
Que va-t-il se passer réellement à l'instant où ils vont se rencontrer pour la première fois à Montréal, dans ce centre ultrasophistiqué de recherche sur le cerveau où ils se sont donné rendez-vous ? Rien, en apparence.

Mais seulement en apparence, car la légende n'avait pas tout dit...

Aurélie Hustin de Gubernatis, notaire durant treize ans dans un petit village de Provence, a connu un premier succès en 2009 avec Le Gardien du crâne de cristal, aux éditions Alphée. Elle se consacre désormais à l'écriture et nous offre une nouvelle fois un roman passionnant sur la face cachée d'une prédiction maya qui, depuis des décennies, fascine : que se passera-t-il vraiment le 21 décembre 2012 ?





  • La revue de presse Thomas Mahler - Le Point du 23 juin 2011

Un vent d'ésotérisme maya a soufflé sur le Festival du livre de Nice, le 17 juin. En couronnant le roman d'Aurélie Hustin de Gubernatis, le jury du prix Baie des Anges-Nice Matin a avoué s'être laissé ensorceler par une prophétie occulte remise au goût du jour par le calendrier. De manière plus rationnelle, il a consacré un thriller qui s'aventure crânement sur des territoires anglo-saxons, quelque part entre Indiana Jones et Agatha Christie.



  • Les premières lignes

PARIS - Prison de la Santé

Trois coups frappés à la porte firent sursauter l'homme au teint livide. Assis sur son lit, il tentait de maintenir la fière posture qu'il avait adoptée toute sa vie.
- C'est toi ma chérie ? demanda-t-il tandis que ses yeux autrefois d'un bleu translucide fixaient le mur de la prison, sans le voir.
Il n'eut pour réponse que le grincement sinistre de la porte. Le gardien aux allures de molosse annonça d'une voix monocorde :
- Vous avez de la visite. Quinze minutes seulement ! La porte se claqua d'un coup sec.
- Insupportable ce bruit, tu ne trouves pas ? Ça fait des semaines que je leur demande de la réparer... Viens t'asseoir à côté de moi, supplia-t-il en tapotant le lit de sa main blanche reliée à une perfusion.
La visiteuse s'était avancée sans bruit jusqu'à la fenêtre, et seules les larmes qui coulaient le long de sa joue trahissaient son émotion. Elle s'était pourtant juré de ne plus jamais rien ressentir pour celui qui avait brisé sa vie. Elle ignorait que son père ne voyait plus. La maladie probablement. Et puis, elle ne s'était pas attendue à le retrouver si maigre, si... proche de la mort. Elle avait retardé cette visite le plus longtemps possible, mais au ton du dernier message qu'il avait laissé sur son répondeur elle avait su qu'il n'y avait plus de dilemme possible.
- Ne me regarde pas avec cet air de pitié ! assena-t-il d'un ton sec.
Malgré sa cécité, il avait réussi à deviner les réactions de sa fille et il les lui reprochait déjà. Incapable de répondre, Noémie observait son père, ayant peine à croire que la maladie avait fini par ronger la figure de proue de la dangereuse organisation néonazie de la Thulé-Gesellschaft. Elle avait fini par imaginer que Marc Lenormand, dont elle portait malheureusement le nom, était immortel.
- Ce sont les faibles qui pleurnichent sur leur sort... Je ne t'ai pas élevée dans cet esprit ! poursuivait le malade que son monologue n'avait pas l'air de déranger.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli