Blue gene / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Blue gene

Couverture du livre Blue gene

Auteur : Joey Goebel

Traducteur : Samuel Sfez

Date de saisie : 02/05/2011

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 23.00 €

ISBN : 9782350871684

GENCOD : 9782350871684

Sorti le : 05/05/2011

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

Une élection se gagne toujours à la marge. Et Elizabeth Hurstbourne le sait. Délaissant un temps ses préjugés et son air BCBG, la voici arpentant les stands d'un sordide marché aux puces à la recherche de Blue Gene, son fils cadet. Elle a grand besoin de ce marchand à la sauvette tellement «proche du peuple» pour faire remonter la cote de son aîné, qui souffre de son image de riche héritier dans la course au Congrès.
Satire au vitriol de l'Amérique d'aujourd'hui, Blue Gene nous fait vivre une campagne électorale - avec son lot de rednecks puritains adeptes des compétitions de monsters Trucks - en plein middle west. Les étouffantes contradictions d'une société conservatrice y sont dépeintes au travers d'une galerie de personnages tous plus hilarants et originaux les uns que les autres sous la houlette d'un Blue Gene, anti-héros, nourri au Prozac et à la désillusion d'une génération sacrifiée.

L'auteur Né en 1980 dans le Kentucky, Joey Goebel a été chanteur au sein de groupes punks et critique musical, scénariste, employé dans un champ de courses, avant de se consacrer à la littérature. Auteur de The Anomalies et Torturez l'artiste !, figure montante de la littérature américaine. Joey Goebel s'inscrit dans la lignée de John Irving et T.C. Boyle. Empreint d'une réflexion corrosive sur les années Bush, Blue Gene est son troisième roman.

"Un jeune loup de la génération Safran Foer et compagnie"
Chronic'Art

"Joey Goebel est de ceux qui ont pour leurs lecteurs, la même importance qu'une vraie belle chanson pop, capable de faire jaillir la profondeur de la légèreté."
Les inrockuptibles





  • Les premières lignes

Sur le parking du marché aux puces, parmi les pick-up, les Thunderbird, les Camaro et les El Camino était garée une Lexus LS flambant neuve. Une dame élégante qui ressemblait à s'y méprendre à l'auteur de romans à l'eau de rose Danielle Steel descendit du 4 x 4 gris, claqua la portière puis appuya sur un bouton qui fit aussitôt pépier le véhicule. Elle regarda autour d'elle pour s'assurer que personne ne s'apprêtait à l'attaquer car, après tout, Story Boulevard où les dealers et les prostituées faisaient leurs affaires n'était qu'à un cri de là.
Ses talons cliquetèrent avec détermination en direction du bâtiment. En s'approchant, elle reconnut un arôme de barbecue dans l'air humide du mois de juin. Elle trouva l'odeur délicieuse jusqu'à ce qu'elle aperçoive la personne qui se tenait au-dessus des braises, une fourchette à la main.
Un être androgyne, un caniche tatoué sur son bras flasque, remuait au rythme d'une chanson qui parlait sans arrêt de «t'en mettre un coup». En observant le visage bouffi du cordon-bleu et son short en coton indécemment court qui s'enfonçait dans les replis de son corps, la dame bien mise s'imagina que l'odeur du barbecue devait être son parfum naturel. À travers ses lunettes Cartier, elle entrevit pendant une fraction de seconde le visage rougeaud de Satan souriant au-dessus du gril.
La femme, âgée de soixante et un ans, s'appelait Elizabeth. Elle franchit les portes automatiques et scruta l'étendue de l'immense hall avec ses quinze rangées de stands, chacun équipé de tables rectangulaires sur lesquelles s'étalait ce qu'elle considérait comme des détritus. Certains marchands avaient des présentoirs plus élaborés que d'autres, par exemple de grands panneaux couverts de T-shirts avec des slogans comme «Cherche redneck avec bon goulot et gros camion». D'autres se tenaient derrière leurs tables, où ils essayaient de vendre des drapeaux confédérés, des produits Camel ou des trophées sportifs.
Elizabeth regarda sur sa gauche dans l'espoir de trouver quelque chose qui ressemble à une réception. Elle ne vit qu'une quantité astronomique de tongs vivement colorées, couvertes de plumes et de fanfreluches. Un panneau annonçait : TONGS FANTAISIE À PARTIR DE 8 $. Elle fut surprise par le spectacle d'un petit garçon qui essayait des chaussures de femme.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli