Le citoyen de verre : entre surveillance et exhibition / Passion du livre

Recherche simple

Recherche avancée

Recherche multi-critères








Recherche avancée

.. Le citoyen de verre : entre surveillance et exhibition

Couverture du livre Le citoyen de verre : entre surveillance et exhibition

Auteur : Wolfgang Sofsky

Préface : Olivier Mannoni

Traducteur : Olivier Mannoni

Date de saisie : 01/04/2011

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : Herne, Paris, France

Collection : Essais

Prix : 13.50 €

ISBN : 978-2-85197-926-1

GENCOD : 9782851979261

Sorti le : 02/02/2011

en vente sur


  • La présentation de l'éditeur

W. Sofsky discerne dans les pratiques de surveillance de notre époque, et plus encore dans les motivations de ceux qui les mettent en place, une menace réelle et immédiate contre la liberté des citoyens, y compris dans les démocraties qui semblent les plus solides. il apporte ici une pierre importante à la réflexion sur l'organisation et la préservation des libertés individuelles dans les démocraties occidentales.

Il y a très longtemps que les gens se sont habitués aux caméras, aux cartes de fidélité et aux courriels publicitaires. Certaines choses paraissent pesantes, d'autres inévitables, beaucoup sont invisibles et inconnues. Les caméras promettent la sécurité, la saisie des données personnelles apporte un certain confort. Hormis quelques moments de mauvaise humeur, le citoyen de verre apprécie les facilités que lui apporte l'ère digitale. Il renonce, sans rien y trouver à redire, à être anonyme, inaccessible, hors du champ d'observation. Il est totalement insensible à la perte de la liberté individuelle. Il ne devine même pas qu'il y a quelque chose à défendre.

W. Sofsky

Wolfgang Sofsky, né en 1952, est sociologue, philosophe et journaliste. C'est l'un des meilleurs spécialistes allemands de la violence politique et de la terreur institutionnalisée. Son ouvrage L'Organisation de la terreur est un texte de référence sur la structure et les «règles» de fonctionnement des camps de concentration nazis.





  • La revue de presse Robert Maggiori - Libération du 24 février 2011

Philosophe, sociologue et journaliste, auteur d'un ouvrage remarqué sur l'Organisation de la terreur (Calmann-Lévy, 1995), Wolfgang Sofsky, dans le Citoyen de verre, analyse les dangers que représente la «visibilité» de chacun pour les libertés individuelles et les pathologies que la «volonté de savoir» de l'Etat fait apparaître dans la démocratie elle-même.



  • Les premières lignes

Extrait de la préface d'Olivier Mannoni

Personnages obscurs et citoyens de verre

«Monsieur Soumaré reste un personnage obscur». Cette phrase, prononcée par deux maires (UMP) du Val-d'Oise, Francis Delattre et Sébastien Meurant, est venue clore un épisode rocambolesque de la campagne des élections régionales françaises en 2010. Sur la base d'informations dont on ne connaît toujours pas l'origine, on avait accusé un candidat socialiste à ces élections d'être «un délinquant multirécidiviste chevronné». Une rapide enquête avait montré que, hormis une lointaine condamnation, purgée et effacée par la réhabilitation judiciaire, ledit Ali Soumaré n'avait rien à se reprocher. Il demeurait pourtant aux yeux de certains un «personnage obscur». Une expression plus éloquente qu'il n'y paraît.
Elle renvoie certes à ces noirs héros de la tragédie et de l'histoire, ces conseillers de l'ombre, ces éminences grises qui ont, de tout temps, alimenté en cibles les paranoïas collectives. Mais le choix de ces termes en dit long aussi sur le regard que nos sociétés portent aujourd'hui sur la biographie et la vie personnelle de l'individu - et il illustre admirablement la profonde dérive des mentalités et des modes de vie que dénonce Wolfgang Sofsky dans ce livre.
La liste des conséquences de ce glissement est longue, depuis la garde à vue avec fouille à nu d'un journaliste de Libération jusqu'à l'adoption d'une loi autorisant les fichiers de police sur décision administrative et la mise en place d'une «base élève» qui permet à l'éducation nationale de suivre l'évolution familiale, personnelle et médicale des enfants ou à la décision de généraliser la vidéo-surveillance des espaces publics, en passant par la révélation des mesures d'espionnage grotesques et disproportionnées prises contre un groupe de pseudo-terroristes surnommé «les épiciers de Tarnac» et l'ordre donné, sans vérification préalable, par la Direction de la Police nationale aux agences de presse de diffuser les images de cinq pompiers catalans en vacances pris à tort pour des membres de l'ETA. Ces faits ont révélé l'ampleur du travail de sape mené contre les libertés élémentaires dans une démocratie considérée jusqu'ici comme à peu près exemplaire. Un travail qui semble n'avoir qu'un seul but : porter sur les «personnages obscurs» que nous sommes tous un éclairage suffisamment vif et cru pour faire de nous tous des «citoyens de verre», parfaitement transparents au regard du pouvoir et de l'État.


Copyright : Studio 108 2004-2017 - Informations légales - Vous êtes éditeur ?
Programmation : Olf Software - Infographie, XHTML/CSS : Gravelet Multimédia - Graphisme : Richard Paoli